Suikoden V

21 mai, 2007

jaquette.jpg

164 !!! 164 heures de jeu pour finir ce Suikoden à 100% !!! Et encore avec la soluce, parce que sans, c’est tout bonnement impossible d’atteindre ce pourcentage (peut-être même de le finir tout court) (quoique…). Je sais, c’est pas très glorieux, mais il faut bien finir ses jeux si on veut en profiter, non ?

(si vous êtes pas d’accord avec ça… eh bah j’vous emmerde !)

me00006605572.jpg  me00006459352.jpg  me00006459502.jpg

On a donc réussi, Judepomm et moi, à réunir les 108 étoiles du jeu (bon, ok, on s’en est fait buter deux pendant des batailles, mais n’empêche qu’on les avait eu !), les 108 personnages qui vont constituer notre armée pour renverser les usurpateurs du trône de nos parents, ces salauds qui sont aussi leurs meurtriers… Eh oui, le scénario de Suikoden, dans ses grandes lignes, n’est donc pas ce qu’il y a de plus originale. Pour ne pas dire que c’est carrément bateau. Heureusement, avec la multitude de persos à trouver, on assiste à quelques petites histoires sympathiques qui soutiennent la grande et nous porte jusqu’à divers retournements de situation bien sentis.

L’aspect visuel du soft partage ce jugement en demi-teinte, car les phases d’exploration sont limites pathétiques avec des décors rarement mis en valeur (pourquoi une caméra fixe ?) et les personnages pas toujours de très bon goût (le héros qui, en plus de ne pas parler, a des habits à faire pâlir de jalousie Freddie Mercury). Pour contre-balancer ça, il y a les scènes cinématiques où l’animation des persos est vraiment super fluide, avec des visages vachement expressifs et tout ça…

Mais surtout, ce qui fait que ce jeu reste malgré tout très sympathique est sa richesse : sa durée, déjà, mais aussi le système de combat, classique et indémodable (j’adore), les phases de bataille stratégique, les duels basés sur les réflexes et la concentration (ça, bizarrement, j’y arrivai pas), la formation des équipes et la gestion des personnages, les quêtes annexes, les sources d’eau chaude, les nains et les castors,…

Pour résumer, je dirai que Suikoden est bien, bien inférieur à Dragon Quest 8 (le dernier rpg maousse qu’on ai fini avec Judepomm) mais qu’il nous aura quand même fait passer un bon moment (quel résumé, quand même…).

me00006526432.jpg

 

Star Wars en CGI ? (enfin, encore plus ?)

19 mai, 2007

Un truc dont j’avais pas du tout entendu parler : une série Star Wars tout en 3D ? Et Clone Wars, donc probablement la suite des deux saisons déjà sortie (espèrons que ce ne soit pas un remake, filouterie dont serait bien capable le père George)(« yes, vous savez, les kids y veulent plou de la 2D… »), en animation « en-grande-partie-traditionnelle », elles. Comme j’en sais pas grand chose encore, je vous laisse juste avec cette affiche.

(et oui, je suis comme ça : il est tard et je bacle mon travail… et alors ?) 

clonewarscgi.jpg

p.s : Yoda a quand même une drôle de gueule !

Zodiac

18 mai, 2007

zodiac.jpg

Zodiac raconte l’histoire vraie d’un tueur en série ayant sévi aux U.S.A fin 60′s/début 70′s et qui n’a jamais été arrêté. Vu que le film dure plus de 2h30, on pouvait craindre d’être baladé tout ce temps pour ne déboucher sur rien mais, à la manière du J.F.K.d’Oliver Stone, le film de David Fincher se permet néanmoins d’énoncer clairement sa théorie (basée sur le livre-enquête d’un des personnages), ce qui se révèle être à la fois une force (un film sans fin amène toujours la frustration) et une faiblesse (la théorie est peut-être crédible, mais rien ne dit qu’elle soit réelle). Cette dualité, on la retrouve d’ailleurs au sein même du film qui se composerait plutôt de deux films bien distincts.

La première suit ainsi la période de gloire du Zodiac, avec ses meurtres, l’enquête, la médiatisation. La réalisation fluide de Fincher nous fait pénétrer de plein front dans cette époque, on assiste à la « déchéance » de tous ceux qui essayent de coincer cet assassin apparemment très malin. Il s’agit là de la partie officielle.

La seconde nous fait suivre, après coup, l’enquête menée en solo par le personnage de Jake Gyllenhaal (il est celui qui a écrit le livre qui a inspiré le film… vous suivez ?). La partie officieuse, « romancée » pourrait-on dire, mais aussi celle qui justifie la structure du film. En effet, on a assisté dans la première à l’impuissance de la police car la collaboration entre les différents services, les différents états, peine à se faire. Il faudra donc qu’un homme seul réunisse toutes les pièces, auprès de tous les intervenants de la première partie, pour reconstituer le puzzle (prouvant ainsi que le tueur n’est pas si malin, le fameux message codé n’étant qu’un moyen de faire parler de lui). Tout le film ne tend donc que vers ça, et c’est plutôt bien car sinon il n’y aurait pas vraiment de film.

Cette dichotomie (oui, j’ai du vocabulaire) pourra en gêner certains (il y a vraiment une différence de ton entre les deux parties), mais la réalisation de Fincher ayant considérablement mûrie (finis les travelings à travers les serrures ou anses de cafetière) pour s’adapter à son sujet, on se laisse embarquer dans cette enquête policière qui vous tient en haleine, surtout dans la seconde partie où le héros est mis en danger. Le film de la maturité pour Fincher ? Peut-être bien. Un bon film ? Très certainement !

18760970.jpg  18760956.jpg  18760968.jpg 

Terrible mois de Mai

18 mai, 2007

« En Mai, fais ce qu’il te plaît »…

Moi je veux bien mais, malgré tout

N’est-ce pas là le conseil d’un fou ?

 

Tout le monde veut, et c’est normal, se faire plaisir,

Mais le plaisir n’est pas un empire

Qui donne ses ordres, dicte ses lois.

Car le plaisir est, justement, différent à chaque fois.

 

Il plaira ainsi à certains de faire le Mal,

A d’autres de se complaire dans le Sale,

Puisque l’être humain est, c’est sûr,

Une belle petite ordure.

 

Méfions-nous donc, amis, du mois de Mai,

Lui qui fait ressortir le sombre, le mauvais

Se terrant aux tréfonds de l’être humain…

Ce que certains appellent, très sérieusement, « l’instinct ».

 

Et moi, me direz-vous ?

 

Moi, j’attends les grandes vacances.

 

Pourquoi, demandez-vous ?

 

Pour pouvoir, enfin, dire ce que je pense.

On nous surveille

18 mai, 2007

Salut les jeunes !

Je voulais juste vous mettre en garde contre la surveillance étroite qui s’opère, sous nos yeux, sur le net. Je m’explique : il y a de cela plusieurs lunes (mercredi), l’ordi familial est tombé en rade. En rade sévère (le disque dur a rendu l’âme). A cela, on dirait d’ordinaire « oui, et alors ? », ou encore « ça arrive ! », « c’est pas de chance », « bien fait pour toi », « t’es sûr que c’est pas le software ? »,…

Oui, on dirait ça. Sauf que le moment précis où cette panne innoportune a fait son apparition, j’étais en train d’écrire un article exprimant mon dégoût de la télévision (je venais juste de regarder le jt et j’étais donc énervé). J’ai donc envie de dire qu’il s’agit là d’une attaque terroriste, un acte de censure effroyable et particulièrement casse-couille, orchestré par des groupes audio-visuel véreux et sans foi. Qu’ils soient maudits, tous autant qu’ils sont !

L’ordi étant vieux et mort (un peu comme Belmondo), il n’y avait plus qu’une solution : en changer. C’est maintenant chose faîte (merci maman, merci JP), on a un ordi tout beau, tout neuf, avec windows vista et sa super connectivité à internet.

Résultat des courses : on est encore plus facilement surveillé… 

Gravity sucks !

17 mai, 2007

Image de prévisualisation YouTube

Manger cerveau !

16 mai, 2007

    28weekslateros.jpg

Et voilà, la suite de 28 jours plus tard va bientôt sortir chez nous et cela, je le ressens avec beaucoup, mais alors beaucoup, d’appréhension !

Je vais encore avoir peur…

28weekslater7.jpg  28weekslater6.jpg  28weekslater4.jpg  

Le film a l’air bien speed, avec des « zombies » (des « enragés » plutôt, ici) bien enragés (ah, bah tiens !), un acteur énorme (si vous avez pas vu Vorace avec Robert Carlyle… regardez-le) et quelques idées qui ont l’air plutôt cools (le napalm en pleine ville dans la bande-annonce).

Image de prévisualisation YouTube

Bon, en tout cas vous voilà prévenus : enfilez une bonne paire de baskets, croquez un sucre et faîtes votre prière, parce qu’il va falloir courir !

Il faut sauver le soldat Tintin

15 mai, 2007

tintin.jpg

Grosse, grosse news ! D’après le journal Variety et Comingsoon.net, Spielberg et Peter Jackson vont s’associer pour porter à l’écran les aventures du célèbre reporter belge et raciste, le blondinet Tintin.

Après avoir essayé pendant des années, sans succès, d’obtenir les droits de la b.d (une frustration qu’il a comblé partiellement en créant Indiana Jones avec George Lucas), Spielberg semble enfin bien parti pour lancer ce projet. Réalisé en 3D avec le studio Weta Digital, trois films seront ainsi faits et, ce qui est encore plus excitant, deux d’entre eux devraient être mis en scène par Spielberg et Jackson en personne !

On attend tout ça avec impatience…

1...131132133134135