Critique ciné : Free Guy

free guy

Si Free Guy pouvait assurément compter sur le charisme et l’humour de son interprète principal (la règle des 3 R : Ryan Reynolds Rules), il n’en allait pas de même avec son réalisateur, aux efforts qualitativement très fluctuants. Coup de bol, Shawn Levy était dans une période de grâce et il nous livre une péloche faisant honneur à son postulat des plus malins, mêlant habilement comique de situation, vannes geeks, grand spectacle et développement des personnages (même la partie dans le monde réel réussit l’exploit de ne pas être chiante). L’indéniable petit plus c’est le protagoniste en titre, Guy, dont l’indécrottable optimisme en fait une version de chair et de sang du Emmet de La Grande aventure Lego. Des héros sincèrement gentils, spécimens rares dans cette époque plus cynique, et qui savent nous donner envie de l’être. Free Guy, « be good movie » ?

Laisser un commentaire