Critique ciné : J’accuse

j accuse_jean dujardin_louis garrel_roman polanski_affiche_poster

Véritable honte entachant l’histoire de l’armée française, l’affaire Dreyfus refait parler d’elle aujourd’hui avec J’accuse, nouvel effort de Roman Polanski. Un film que le cinéaste a voulu le plus réaliste possible, ce qui se traduit par une reconstitution minutieuse de l’époque et des faits (en tout cas nous le supposons, nous ne sommes pas non plus des spécialistes) mais plus encore par une mise en scène franchement académique, évitant toute dramatisation pour se montrer la plus objective possible. En résulte un récit pouvant paraître lent, trop calme (quel dommage de ne pas utiliser davantage la musique quand on a un Alexandre Desplat pour la composer) mais qui étrangement n’est jamais ennuyeux. Déjà parce que même de nos jours, cette histoire reste toujours aussi consternante et révoltante, et de plus car elle résonne avec notre actualité de bien triste manière, les français étant toujours perclus de sales vieilles habitudes. En définitive, J’accuse a donc tout d’un vrai cours d’histoire : pas très fun mais essentiel.

Laisser un commentaire