Archive pour mars, 2019

Critique ciné : Us

30 mars, 2019

us_lupita nyong o_winston duke_jordan peele_affiche_poster

Ayant contre toute attente cartonné avec Get Out, sa première incursion derrière la caméra et dans le cinéma d’horreur, Jordan Peele persiste et signe avec Us. C’est ainsi le moment de s’affirmer, de prouver que le coup d’essai n’était pas un coup de bol, ce que l’ex-comique parvient haut la main à faire avec une péloche dessinant une véritable logique d’auteur entre la réutilisation de thématiques (le discours social, le constat sur les USA) ou de motifs (le climax révélateur pour lequel il faut descendre sous terre). Mieux, Peele met les bouchées doubles et plonge plus encore dans l’horreur – finis les intermèdes comiques qui alourdissaient Get Out – avec un sens de la mise en scène absolument admirable, la peur naissant par exemple davantage de la manière qu’ont les antagonistes de se déplacer dans le cadre que de bêtes jump scares (le combat final sur le remix mortifère de «I Got 5 On It» est aussi très classe). Une chose et sûre, le calvaire vécu par cette famille est foutrement stressant, d’autant qu’il est nimbé d’un mystère reposant pour beaucoup sur l’inquiétante étrangeté si chère aux théoriciens de l’histoire de l’Art. Quel dommage alors que l’homme aux commandes se prenne les pieds dans le tapis à quelques mètres de l’arrivée, la dernière bobine de Us tentant de rationaliser de manière bien peu convaincante ce qui aurait dû demeurer du fantastique pur, sans même parler d’un twist aussi inutile qu’il est rapidement éventé. Reste que Jordan Peele s’inscrit sans l’ombre d’un doute avec ce deuxième effort comme l’un des meilleurs et plus passionnants artisans actuels de l’horreur, et on souhaite très fort qu’il poursuive dans cette voie.