Critique ciné : Yéti & compagnie

yeti et compagnie_smallfoot_zendaya_karey kirkpatrick_affiche_poster

Si nous sommes toujours partants (ou presque) pour un Pixar ou un Dreamworks, dans la masse des films d’animation familiaux sortant tous les ans il arrive qu’on passe à côté de bonnes petites surprises. Produit par la Warner Bros, un studio qui n’a pas toujours été très heureux dans le domaine, Yéti & compagnie aurait pu être de ceux-là et cela aurait été fort dommage car s’il ne réinvente pas la roue, ni fait montre de prouesses techniques particulières, il contient pourtant assez de bonnes choses pour faire passer un bon moment aux petits et grands. Rythmé, plutôt drôle, il brillera surtout par l’intelligence de son intrigue (le réalisateur Karey Kirkpatrick est plus connu pour son début de carrière en tant que scénariste) fonctionnant souvent sur un principe d’inversion qu’on a plus l’habitude de croiser chez les Pixar, servant ici un message ô combien d’actualité et crucial. La peur de l’autre, l’obscurantisme, la violence de l’être humain et son impact sur l’environnement, les risques de la pensée unique… autant de thèmes que la péloche sait aborder habilement, de manière à se faire comprendre des parents et ressentir par les enfants sans être lourdingue. Nous n’en attendions pas tant et grâce à cela, Yéti & compagnie peut se targuer d’être un chouette petit film d’animation et une réjouissante surprise en cette fin d’année.

Laisser un commentaire