Archive pour septembre, 2018

Critique ciné : Hôtel Transylvanie 3 – Des vacances monstrueuses

3 septembre, 2018

hotel transylvanie 3

Forte de ses succès surprises et répétés, la bande à Drac’ est de retour pour Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses, un troisième opus sous le signe des vacances. Et il en allait à priori un peu de même pour l’équipe en charge, en mode croisière, lesquels ne se prennent pas trop la tête et capitalisent sur une formule qui a fait ses preuves (on ne trouve par exemple que très peu de nouveaux personnages). Cela ne les empêchent pas pour autant d’accomplir le boulot, la péloche fait gentiment évoluer ses personnages tout en racontant sa petite histoire et, mine de rien, on se retrouve avec une oeuvre autrement plus concluante qu’un Indestructibles 2 pour ne pas le citer (oui, je suis toujours en colère). Mais surtout, c’est l’inimitable talent du réalisateur Genndy Tartakovsky pour l’animation qui fait la différence, sons sens du mouvement et de la pose absolument hallucinants ・ à la croisée du old-school et de la modernité ・ donnant une fluidité constante au métrage, cristallisée dans un final dantesque où image et son ne font plus qu’un. Hôtel Transylvanie 3 : Des vacances monstrueuses n’est alors certes pas un grand film mais au moins un très correct troisième volet. Et un bon moment ciné dans le désert des sorties du mois de juillet.

Critique ciné : Les Indestructibles 2

3 septembre, 2018

les indestructibles 2

Treize ans que nous attendions Les Indestructibles 2, la suite de l’un des tous meilleurs Pixar, et nous étions d’autant plus confiants que le génial Brad Bird était de retour aux commandes. Mais comme on le sentait déjà avec son A la poursuite de demain, sa collaboration avec Disney ne doit pas se faire sans difficulté et il en résulte que son dernier effort est une déception monstrueuse, la plus grosse de l’année voire même de la décennie passée (worst Pixar ever ?). Les responsables ne savaient clairement pas par quel bout le prendre (très mauvaise idée de vouloir faire une suite directe si c’est pour nier tout ce qu’on a développé dans précédent film), le scénario inepte n’ayant rien à raconter ・ que ce soit à propos des super-héros ou bien de la famille ・ et cachant mal ses remaniements en catastrophe (on sent que l’affaire Weinstein est passée par là). Quant aux scènes d’action, celles-ci s’avèrent ultra-faiblardes pour ne pas dire nulles à chier… Les Indestructibles 2 finit ainsi par nous embourber complètement dans son rythme arthritique et son intrigue fadasse, décalque grossier de celle du premier film. L’original était un vrai petit miracle, une oeuvre immédiatement culte. Là, c’est juste Cars 2

12