Critique ciné : Guy

guy

Deuxième passage à la réalisation pour le comédien Alex Lutz qui livre un faux documentaire sur un chanteur fictif, Guy, l’occasion pour lui de parler de choses qu’il considère comme vraies, réelles. Un film sur la vie, le temps qui passe, l’amour et les non-dits, autant de sujets qu’il aborde avec un mordant toujours emprunt de nostalgie, voire même de mélancolie, dans un style que ne renierait pas un Jean-Luc Godard naturaliste. Le rythme du film en pâtit forcément un peu (Lutz se refuse à tout effet de montage ou à parodier le monde de la musique comme lorsqu’ils inventaient des chanteurs d’antan dans Catherine & Liliane) et on pourrait même se faire chier un brin s’il n’y avait le talent de comédien de Lutz, bluffant sous le maquillage de Guy Jamet. Le film est ainsi comme la confidence d’un vieil homme radotant un peu mais dont la sincérité ne peut que nous toucher.

Laisser un commentaire