Critique ciné : Blackkklansman

blackkklansman

Bien qu’il ait déjà donné dans le pur film de divertissement (voyez Inside Man ou Old Boy), c’est la première fois avec Blackkklansman que Spike Lee livre une péloche de ce type sachant conjuguer en même temps ses obsessions personnelles. On s’attendrait donc à priori à un film d’auteur fun sauf que la comédie sur laquelle nous comptions beaucoup pour décrisper son discours ne fonctionne pas des masses, la faute à un trait trop caricatural alourdissant le message. On le sait, le réalisateur ne fait pas dans la finesse quand il s’agit de défendre sa cause et c’est ce qui paradoxalement finira par sauver son film, le constat posé par l’épilogue faisant vraiment froid dans le dos et méritant plus que jamais d’être crié haut et fort. On aurait cependant tellement aimé que Blackkklansman fasse preuve de davantage d’humour…

Laisser un commentaire