Critique ciné : 3 Billboards – Les panneaux de la vengeance

3 billboards_panneaux vengeance_frances mcdormand_woody harrelson_sam rockwell_martin mcdonagh_affiche_poster

Attention, chef d’oeuvre immédiat ! Encensé par la critique à juste titre, 3 Billboards – Les panneaux de la vengeance est en effet un film d’une intelligence rare, abordant un fait divers – qui n’est qu’un prétexte – en multipliant points de vue et changements de perspective pour dresser une galerie de portraits complexes, tout en nuances : inexorablement humains en somme. Le casting (Frances McDormand en tête mais aussi Sam Rockwell, Woody Harrelson…) est à ce titre absolument incroyable, les comédiens trouvent tous des rôles uniques de profondeur et se révèlent parfaits dans chacune de leurs facettes jusqu’à en devenir bouleversants. C’est simple, on a rarement ressenti tant d’empathie devant un écran de cinéma et des personnages qui auraient normalement dû nous rebuter. La réalisation de Martin McDonagh (Sept psychopathes, Bons baisers de Bruges) et le style général du métrage ne manqueront pas alors de rappeler le travail des frères Coen sauf que pour le coup, le travail des frangins n’a jamais atteint une telle véracité dans l’émotion, dans le mélange de la comédie et du drame. Tout ça pour mener une réflexion exemplaire sur la colère et la vengeance, jamais stigmatisante ou moralisatrice mais au contraire compréhensive et pleine d’espoir sans verser pour autant dans la facilité. 3 Billboards – Les panneaux de la vengeance, c’est sans conteste la première (la plus ?) grosse claque de 2018 et un grand film indispensable.

Laisser un commentaire