Critique ciné : Happy Birthdead

happy birthdead_happy deathday_jessica rothe_christopher landon_affiche_poster

Un peu à la bourre pour profiter de l’effet Halloween, Happy Birthdead est un revival du slasher des années 80/90 et, production Blumhouse oblige, se dote d’un pitch au concept aguicheur. Ici, un postulat à la Un jour sans fin où l’héroïne (fantastique Jessica Rothe qui nous offre une prestation plurielle et à chaque fois convaincante) revit sans cesse la journée de son anniversaire et de son meurtre par un boogeyman sacrément old-school, avec tout ce que ça implique de second degré et de passages obligés. Grâce à une écriture et une réalisation solides à défaut d’être révolutionnaires de Christopher Landon (Paranormal Activity : The Marked Ones), le whodunit fonctionne alors plutôt bien et Happy Birthdead gagne ses galons d’oeuvre maline et nostalgique. Une bonne occasion de revenir un peu en arrière sur un genre tombé en désuétude mais qui peut toujours réserver quelques surprises (faîtes-vous Detention dans la foulée pour achever le trip).

Laisser un commentaire