Critique ciné : Blade Runner 2049

blade runner 2049_ryan gosling_harrison ford_denis villeneuve_affiche_poster

Evoquée plusieurs fois depuis la sortie de l’original en 1982, Blade Runner 2049 offre donc une suite à l’un des sommets de la SF au cinéma. Mission impossible ? Pas nécessairement quand on constate toutes les excellentes choses que comporte ce film, à commencer par une équipe devant et derrière la caméra qui réunit passé et présent sous des auspices on ne peut plus prometteurs. Ce qui se traduit à l’écran par une direction artistique absolument fantastique, sublimée par le filmage élégant de Denis Villeneuve, ou encore une intrigue ayant la très bonne idée de remettre réplicants et réflexions sur la vie artificielle au premier plan, comme pour se recentrer sur la question «les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?». Et pourtant… Pourtant, on se fait chier. Et pas qu’un peu. Certes, l’auteur de ces lignes n’était pas au top de sa forme lors de la séance mais à en croire les nombreux spectateurs ayant quitté la salle en cours de projection, ou la pluie de rires moqueurs quand les lumières se sont rallumées, il n’est pas le seul à avoir trouvé que la narration s’enlisait sérieusement pour rien et plombait tous les efforts concédés au projet. Alors oui, c’est bien de vouloir faire de l’art, mais si c’est pour en devenir pompeux et gonflant…

Laisser un commentaire