Critique ciné : Mother!

mother!_jennifer lawrence_javier bardem_darren aronofsky_affiche_poster

Cinéaste dont les considérations auteurisantes ne se départissent jamais d’un sens certain de l’entertainment, Darren Aronofsky revient en apparence avec Mother! au thriller à tendance surnaturelle après le sulfureux Black Swan. Vendu comme une sorte de suite spirituelle à Rosemary’s Baby, ce nouvel effort creuse ainsi efficacement la piste pendant un moment, jusqu’à ce qu’on comprenne que ce sentiment d’étrangeté n’a rien à voir avec l’horreur ou même le surnaturel, mais sert en fait un propos radicalement différent. A savoir une allégorie sur Dieu et la Vierge Marie, la façon qu’ils ont d’être perçus et adorés par les humains, ceci conduisant le film à virer dans l’abstraction la plus totale. Alors certes le casting est impeccable (Jennifer Lawrence est au passage filmée avec une fascination toute amoureuse qui ne trompe pas, l’actrice et son réalisateur étant en couple depuis le tournage) et la réalisation au diapason (l’orchestration du chaos lors du climax est absolument admirable) mais cela n’aboutit au final qu’à un trip psycho-religieux à la Lars von Trier, trop hermétique pour ceux qui attendent de voir Aronofsky prendre le cinéma de genre à bras le corps. Putain!

Laisser un commentaire