Critique ciné : La Tour sombre

la tour sombre_the dark tower_idris elba_matthew mcconaughey_nikolaj arcel_affiche_poster

Réputée inadaptable, la saga littéraire La Tour sombre de Stephen King est passée par de nombreuses étapes avant de débarquer sur nos écrans et, ce faisant, est passée entre de nombreuses mains pour finir entre celles de Akiva Goldsman (producteur et scénariste) et Ron Howard (producteur, un temps rattaché comme réalisateur). Des noms qui ne sont pas forcément pour nous rassurer sur un tel projet et ça ne manque pas : en bons moguls hollywoodiens qu’ils savent être, ils ont défiguré leur matériau d’origine pour le réduire à sa plus simple et commerciale expression, un succédané de teen-lit sans la moindre ampleur (c’est torché en à peine plus d’1h30). Mais en dépit de la bonne volonté du réalisateur et du casting, tout ça ne peut qu’aboutir à une œuvre mineure. Et dire que le King voit les romans comme son Seigneur des anneaux

Laisser un commentaire