Critique ciné : Valérian et la Cité des mille planètes

valerian et la cite des mille planetes_dane dehaan_cara delevingne_luc besson_affiche_poster

Concrétisation d’un rêve vieux de quelques dizaines d’années pour Luc Besson, Valérian et la Cité des mille planètes marque un nouvel échelon dans le cinéma hexagonal en tant que plus gros budget (même si cela reste discutable vue l’origine de ses fonds) et, on l’espérait, le retour à la grande forme pour le mogul français. Las, son adaptation de la bande-dessinée de Christin et Mézières a beau lui donner l’opportunité de démultiplier idées et concepts frappadingues de SF, Besson ne sait clairement plus comment raconter une histoire, entre personnages peinant à nous apparaître comme sympathiques et narration aux fraises. Pire, et même si l’excellente scène d’introduction nous ferait presque croire le contraire pendant un moment, le réalisateur barbu n’est pas plus inspiré que ça dans sa mise en scène et trouve jusqu’au moyen de saper ses morceaux de bravoure. Alors Valérian et la Cité des mille planètes, plus gros budget de l’histoire du cinéma français ? Peut-être mais aussi, et plus encore, l’un de ses plus gros rendez-vous manqués. Heureusement alors que l’amour de Besson pour le projet transpire de chaque image sans quoi, il n’y aurait pas grand chose à sauver.

Une Réponse à “Critique ciné : Valérian et la Cité des mille planètes”

  1. Rencontres et sorties entre amis dit :

    Salut !
    Je suis entièrement d’accord avec ce que tu as écrit. Enfant, j’adorais regarder le dessin animé « Valérian et Laureline » de Christin et Mezières. La sortie de ce film m’a rendue nostalgique et je suis allée le voir, mais je suis rentrée déçue !

    Dernière publication sur Découvrez tous les bons plans à travers toute la France  : Sortie sportive : rendez-vous au Marathon Touraine Loire Valley

Laisser un commentaire