Critique ciné : Free State of Jones

free state of jones_matthew mcconaughey_Gugu Mbatha-Raw_gary ross_affiche_poster

Parce que le combat n’a jamais pris fin, Free State of Jones s’intéresse à l’histoire vraie de Newt Knight (Matthew McConaughey, incroyable comme à son habitude ces dernières années), héros oublié de la guerre de Sécession qui fit se soulever une partie du Sud contre les Confédérés et leur doctrine esclavagiste. L’occasion d’une grande fresque historique comme le cinéma américain les adore, portée par la caméra d’un Gary Ross bien plus motivé que sur le premier Hunger Games. (entre Pleasantville et Pur Sang : la légende de Seabiscuit, il est clairement plus à l’aise dans l’illustration du passé). Mais si cette petite histoire dans la grande est davantage notable qu’une autre, c’est qu’elle s’est poursuivie en fait sur plusieurs décennies avec la descendance de Knight, marquant la très difficile (illusoire ?) transition du pays vers l’abolition des préjugés. Un héritage tristement maudit que l’on découvre par le biais de flashforwards – des scènes de procès dans les 60′s – faisant planer sur l’ensemble du récit un pessimisme diffus, éclatant en même temps que les drames émaillant les vaillantes tentatives des affranchis pour mettre en place un nouvel idéal ou, plus insidieux, lors de ces petites scènes dévoilant le racisme larvé chez de nombreuses personnes. Comment cela finit toujours par resurgir. Il en ressort que la tonalité du métrage s’avère plutôt pesante pour ne pas dire désespérée, d’une précision presque cruelle lorsqu’il s’agit de piétiner nos espoirs en l’être humain, et cela a quelque peu tendance à casser le rythme d’une narration qui avance sans nous cacher qu’elle ne peut aller nulle part. Malgré tout, paradoxe, c’est également sur ce point que Free State of Jones parvient le mieux à ses fins, exprimant pleinement l’immensité de la tâche qu’il reste à accomplir de par une lucidité que le caractère romanesque de l’intrigue n’entame en rien, un choix tranché dont peu des autres œuvres du même genre peuvent se targuer. Le combat continue…

060708

Laisser un commentaire