Critique ciné : Ma vie de chat

ma vie de chat_nine lives_kevin spacy_jennifer garner_barry sonnenfeld_affiche_poster

On ne va pas en faire un mystère, Ma vie de chat est un film ô combien gentillet, sans aucune once d’originalité (les histoires d’humains piégés dans des corps d’animaux, on connaît, et celles de riches papas absents qui finissent par s’amender tout autant) et encore moins de prise de risque. Les mauvaises langues diront que ce n’est pas très étonnant de la part d’une production Besson, EuropaCorp étant de la partie. Et ce n’est pas complètement faux, c’est vrai… Nous espérions alors que la présence de Barry Sonnenfeld (les Famille Addams et les Men in Black, excusez du peu) aux commandes apporterait un peu de poil à gratter à ce projet familial. Las, on ne retrouve son mauvais esprit ou presque qu’au détour d’une ou deux scènes, et ne parlons même pas de son célèbre humour noir. Le ton général reste en effet bloqué sur «très léger», on ne ressent par exemple jamais la gravité de la situation du père – dans le coma – que ce soit chez les personnages, toujours souriants (il y a bien Jennifer Garner qui chouine à deux, trois moments, mais bon), ou pire dans la réalisation, toujours très lumineuse. Coincées entre les standard de la comédie familiale américaine, il en résulte que les bonnes actions du héros et son évolution ne nous touchent pas comme elles devraient, elles ne nous jettent aucune bouée afin d’adhérer à l’intrigue. Pas grave car la morale s’y avère de toute façon un peu douteuse, le métrage ne remettant pas franchement en cause la vanité du personnage principal. Enfin pas de quoi flipper non plus pour notre liberté d’esprit, Ma vie de chat reste une œuvre bien inoffensive, sans grande saveur. Une sorte de tofu cinématographique. On y croisera même quelques très beaux chats en CGI bien que, ironiquement, ils ne parviennent que péniblement à être aussi drôles que les LOLcats dont le film relaie les images. C’est donc triste à dire pour Sonnenfeld mais son dernier effort, trop convenu pour se démarquer, ne fait même pas le poids face à n’importe quelle session féline sur YouTube…

06NINE LIVES08

Laisser un commentaire