Critique ciné : Avengers – l’ère d’Ultron

avengers 2 age of ultron_robert downey jr_chris evans_scarlett johansson_joss whedon_affiche_poster

Avengers premier du nom représentait un sacré défi en tant que premier crossover de la galaxie Marvel et premier essai du genre – à cette échelle en tout cas – dans l’histoire du cinéma, à l’exception de quelques gueuletons entre monstres sacrés du fantastique. Joss Whedon et sa team avaient alors brillamment relevé le challenge grâce à une écriture de haute-tenue qui ménageait une large place à la caractérisation des personnages et se servait de leur réunion comme moteur de l’action, légitimant par le fait l’entreprise tout en lui assurant de solides fondations. Maintenant que le gros du boulot est donc fait, Avengers : l’ère d’Ultron n’a plus qu’à capitaliser dessus. Mais si les responsables n’ont plus forcément besoin d’être aussi inventifs, ce n’est pas pour autant qu’ils cèdent à la fainéantise. Tout le monde trouve en effet de quoi s’exprimer, de la pléthore de personnages principaux jusqu’à un méchant présentant plus de charisme et d’humanité qu’on ne l’aurait cru. Et pour peu qu’on soit un minimum connaisseur, le fan-service fait que nous sommes régulièrement régalés de nombreuses et plaisantes surprises, comme autant de teasers de l’immensité de l’univers s’offrant à nos yeux. C’est donc dans un putain de rythme sans temps mort que se déroule la péloche, tout s’y enchaîne entre scènes d’action monstrueuses sans tomber dans la vaine surenchère et scènes d’exposition concises dans leur habile jonglage entre drame et comédie. Whedon et les gars de chez Marvel ont ainsi réussi à accoucher d’un blockbuster de très grande classe, peut-être pas la claque du premier mais Avengers : l’ère d’Ultron reste un spectacle d’une tenue comme on en croise pas souvent et rien que pour ça, il serait franchement dommage de bouder son plaisir. Rassemblement !

060708

Laisser un commentaire