Critique ciné : Les Gardiens de la galaxie

gardiens de la galaxie_chris pratt_zoe saldana_bradley cooper_vin diesel_james gunn_affiche_poster

Peu encline à prendre des risques comme en témoigne le caractère de plus en plus interchangeable de ses productions ciné, la Marvel jouait pourtant un gros coup de poker avec Les Gardiens de la galaxie. Déjà, il s’agit d’une de leurs parutions les moins connues, et qui plus est dans un genre – la hard-SF – que le public n’associe pas franchement aux super-héros, même après le succès de Avengers qui ouvrait cette voie. Mais surtout, c’est la décision de mettre James Gunn aux commandes qui en laissa plus d’un bouche-bée. Un ancien scénariste de la turbulente Troma, passé à la réalisation avec les décapants Horribilis et Super. Soit pas du tout le mec qu’on aurait imaginé être engagé par la très sage Boîte aux idées. Et pourtant. Mais le plus fou dans tout ça, à en juger le produit fini, c’est qu’ils lui ont en plus semble-t-il royalement foutu la paix ! Il peut aussi bien inviter des potes – le trop rare Michael Rooker – que composer sa BO à base de tubes rétro et décalés. Gentiment provocateur et bien badass (Gunn ne pouvait tout de même pas verser dans le trash de ses débuts), le récit de ces hors-la-loi de l’espace détone donc également dans la galaxie Marvel par ses ressemblances avec la regrettée série Firefly (créée par Joss Whedon… réalisateur de Avengers, tout se recoupe!), lui donnant des airs très forts de western galactique rappelant aussi parfois l’efficacité de classiques comme Star Wars (les dogfights dantesques) ou Indiana Jones (l’introduction de Star-Lord est un clin d’oeil évident à celle des Aventuriers de l’Arche perdue). Des références flatteuses et méritées car le film réussit l’exploit de marier grand spectacle à une intrigue nourrie par des personnages particulièrement attachants, à grand renfort de réparties à l’humour cinglant et d’émotions sincères, prouvant l’implication totale et franche de James Gunn dans Les Gardiens de la galaxie. Sans compter un talent qui ne demandait qu’à exploser aux yeux du grand public, chose désormais faite vu son carton aux USA, achevant de mettre le film en bonne place pour la couronne du blockbuster de l’été 2014. Si Marvel pouvait alors en tirer les leçons qui s’imposent et remettre Edgar Wright à la tête de Ant-Man (on peut toujours rêver), ce serait une putain de bonne nouvelle !

020304

Une Réponse à “Critique ciné : Les Gardiens de la galaxie”

  1. Point de Style dit :

    Les Gardiens de la Galaxie est un Marvel très abouti. J’ai beaucoup apprécié cet univers flashy.

    Dernière publication sur Point de Style : Dragons 3 : Le Monde Caché, de Dean DeBlois

Laisser un commentaire