Critique ciné : Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout

les pirates_edouard baer_peter lord_aardman_stop motion_affiche_poster

Terreur des océans (ou en tout cas le croit-il), le Capitaine Pirate a tout ce dont peut rêver un capitaine pirate : un fier bateau tenant encore en un seul morceau, un équipage dévoué et relativement capable, une barbe resplendissante, un volatile affectueux et, surtout, une soirée jambon hebdomadaire. Pourtant le flibustier a encore un rêve inachevé, celui de remporter le prix du meilleur pirate de l’année. Et bien que la concurrence soit rude, il en est convaincu, le prix sera à lui en cette année 1865. Reste à savoir comment

« Une petite pépite punk dans le monde de l’animation »

Mis à mal par le semi-échec commercial de leurs coproductions avec Dreamworks, qui aboutit même à la rupture du contrat qui les liait, le studio Aardman rebondit en s’associant avec le département animation de Sony. Et après un sympathique Mission : Noël en CGI sorti il y a quelques mois, nous revenons enfin aux choses sérieuses. De la stop-motion old-school. Le grand manitou Peter Lord à la réalisation. Et, surtout, des pirates ! Des tonnes de pirates avec jambes de bois, mines patibulaires et perroquets (ou autre volatile approchant) sur l’épaule, le tout mixé avec une énorme lampée d’humour british délicieusement absurde. Mais loin de se satisfaire du statut de parodie pâte à modeler de swashbuckler, Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout nous conduit vers des rivages inattendus…

Basé sur Les Pirates ! dans une aventure avec les savants, le premier tome d’une série de romans rédigés outre-Manche par Gideon Defoe, le long-métrage de Peter Lord propose ainsi une histoire des plus surprenantes et qui n’avait en rien été déflorée par la promotion. Un phénomène suffisamment rare de nos jours pour être remarqué. Alors pour ne pas gâcher la surprise, nous dirons seulement que l’intrigue n’a rien du classique récit de piraterie bien que l’ensemble des éléments soient là. Sauf que, petit à petit, on dérive en fait vers tout à fait autre chose. C’est à dire vers un univers loufoque où l’historique le partage à l’anachronique mais présentant surtout une aventure avant tout « humaine », centrée sur des personnages croqués avec tout le savoir-faire du studio britannique. En conséquence de quoi le métrage peut déconcerter dans sa première moitié, le temps que nous comprenions où il veut en venir. Lui-même semble d’ailleurs chercher ses marques et accuse un léger problème de rythme durant cette partie.

Cela ne sera toutefois pas un écueil insurmontable car hormis une technique impeccable (certains plans larges sont époustouflants de vie, et des petits détails comme la mèche du Capitaine Pirate montrent le niveau de perfectionnisme des animateurs), l’autre marque de fabrique du studio Aardman est un humour dévastateur. Or celui-ci s’épanouit présentement comme un marin dans un bar à gueuses des Caraïbes, à la cadence d’une vanne imparable toutes les minutes au moins : autant dire que ça ne laisse pas le temps de s’ennuyer. Le meilleur étant que l’humour du film ne s’adresse pas seulement aux enfants, voire même ne leur est pas du tout adapté puisque les moins de dix ans auront peine à comprendre la moitié des gags, qui sont autant de références adultes et de sous-entendus gentiment graveleux… mais graveleux tout de même ! Il y a ainsi une vraie prise de risque dans cette irrévérence où pointe l’esprit du punk londonien de la grande époque (il faut voir comment est représentée la tête couronnée, au point qu’elle fait parfois carrément flipper), lequel trouve d’ailleurs en toute logique sa place dans la BO, et cela fait forcément plaisir dans un genre osant rarement s’engager sur un tel parti-pris.

Peut-être alors moins abouti qu’un Wallace et Gromit – le mystère du lapin-garou, lequel avait le sérieux avantage de partir sur un univers déjà bien établi, Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout se pose malgré tout comme une petite pépite précieuse dans le monde de l’animation et soulève une nouvelle fois la question de savoir pourquoi le studio Aardman ne parvient pas à gagner davantage la reconnaissance du public. Aaarrr, c’est à n’y rien comprendre…

Critique ciné : Les Pirates ! Bons à rien, Mauvais en tout dans Cinema Cinema 06-150x10907-150x96 dans Cinema Cinema08-150x108

Laisser un commentaire