Critique ciné : Case départ

case depart_thomas ngijol_fabrice eboue_lionel steketee_affiche_poster

L’un prend l’excuse du racisme pour justifier l’échec de sa vie, l’autre s’est intégré au point de renier ses origines noires. Ces deux demi-frères qui ne se sont pas vus depuis vingt ans sont un jour appelés aux Antilles, au chevet de leur père mourant qu’ils n’ont quasiment pas connu, et obtiennent en héritage l’acte d’affranchissement de leurs ancêtres. N’en comprenant toutefois pas la valeur, ils déchirent le papier et se retrouvent alors projetés en 1780, à l’époque de l’esclavagisme. Il est temps pour eux d’apprendre une ou deux leçons

« Bienvenue chez les esclavagistes »

Révélés par le biais du Jamel Comedy Club, Fabrice Eboué et Thomas Ngijol comptent parmi le devant de file de la jeune garde de l’humour français et, en cela, le cinéma est la prochaine étape logique de leur carrière. Mais plutôt que de continuer à cumuler les seconds rôles, les deux comiques ont décidé d’unir leurs talents pour concrétiser leur propre projet, Case départ, qu’ils ont scénarisé avec l’aide de Jérôme L’hotsky (Grégoire Moulin contre l’humanité) et réalisé avec celle de Lionel Steketee (assistant-réalisateur sur Le Pacte des loups, Fatal…). Il n’empêche, il s’agit bien de leur film. Ou c’est en tout cas ainsi qu’on nous le vend, et nous nous attendions par conséquent à ce qu’il soit aussi frondeur que leur humour. Toutefois, si Eboué et Ngijol ont effectivement des choses à dire et des blagues à faire, ils semblent un peu intimidés par cette nouvelle responsabilité…

En fait, ce qu’on pourra regretter, c’est que le duo ne cherche pas davantage à faire du neuf dans le paysage de la comédie française, compilant au contraire des éléments de quelques-uns de ses grands succès : la réunion de demis-frères qui ne se connaissent pas comme dans Les Trois frères des Inconnus, le voyage temporel à la François 1er ou Les Visiteurs… Des références qui ne vampirisent pas Case départ mais qui ne l’aident pas non plus à se démarquer. Son message antiraciste dans un contexte fantastique, postulat ô combien séduisant, peut-il alors le faire ? Hé bien pas franchement car lorsqu’on y regarde de plus près, le film ne fonctionne pour beaucoup que sur une confrontation de cultures très proche de ce que l’on a pu voir – et beaucoup décrier – dans le cinéma de Dany Boon. Il y a évidemment le choc temporel, plus similaire à ce qu’on pouvait découvrir lorsque Fernandel se retrouvait projeté au 16ème siècle, mais cela n’est en réalité qu’un prétexte à une multitude de commentaires raciaux et sociaux flirtant bien souvent avec le cliché. Du Dany Boon, quoi. Le plus surprenant étant que ce qui aurait dû normalement mener à un classique final « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », moralisateur un minimum, aboutit à la place à une certaine légitimation du racisme ordinaire en une courte scène avec un asiatique… exactement comme dans Rien à déclarer ! Lucide (tristement), mais peu glorieux. A croire qu’il s’agit d’un combat perdu d’avance pour nos humoristes, qui en ont définitivement fait leur fond de commerce.

Il serait néanmoins injuste de réduire Case départ à un pamphlet raciste (faut pas déconner non plus) car malgré ses erreurs et ses incohérences, on sent toute la bonne volonté qui a présidé à sa création, le besoin d’illustrer un message clairement tombé en désuétude chez nous comme en attestent les dernières années de la politique française. Chacun prendra alors la chose comme il le veut mais ce qui est beaucoup plus probable, c’est que tous devraient trouver de quoi se dérider un brin grâce à Thomas Ngijol et Fabrice Eboué, dans des rôles sur-mesure où ils peuvent laisser s’exprimer leur fibre comique (à noter toutefois que la majorité des meilleurs gags était dévoilée dans l’excellente bande-annonce). C’est déjà pas si mal pour leur première vraie aventure au cinéma, et ça fera une première partie de soirée plus potable que d’ordinaire pour TF1.

19724768jpgr760xfjpgqx20110426014827.jpg  19724771jpgr760xfjpgqx20110426014907.jpg  19724774jpgr760xfjpgqx20110426014909.jpg

Laisser un commentaire