Critique ciné : Omar m’a tuer

omar m'a tuer_sami bouajila_denis podalydès_roschdy zem_affiche_poster 

En juin 1991, madame Marchal est retrouvée morte dans la cave de sa maison niçoise, l’inscription « Omar m’a tuer » à côté d’elle. Omar Raddad, son jardinier, est alors arrêté et condamné à dix-huit ans d’incarcération bien qu’il n’ait jamais cessé de clamer son innocence et que de nombreuses preuves le disculpaient. Mais tandis que le monde entier semble ligué contre lui, à l’extérieur certains font tout pour le libérer

« Le film revêt une importance qu’il ne faut pas sous-estimer »

Déjà passé derrière la caméra avec la comédie Mauvaise foi, Roschdy Zem suit aujourd’hui une voie plus proche de celle de Rachid Bouchareb (qui l’a récemment fait jouer dans Indigènes et Hors-la-loi) et revient sur la difficile relation de la France avec ses immigrés maghrébins, au travers d’un fait divers qui défraya la chronique dans les années 90. Omar m’a tuer ou l’affaire Omar Raddad, celle d’un jardinier accusé du meurtre de son employeuse et condamné pour cela alors que de très nombreux éléments prouvaient son innocence. Une histoire rendue encore plus douteuse de par la grâce présidentielle qui lui fut concédée sept ans plus tard… Encore une fois, il s’agit donc d’enfoncer les portes ouvertes tout en manipulant un sujet délicat, un exercice dont se sort relativement bien le réalisateur grâce à sa tempérance, sa manière d’étudier les faits et de ne s’en tenir qu’à eux (la réalisation relativement impersonnelle la plupart du temps participe d’ailleurs de cette volonté de témoin objectif). Sans chercher ainsi à pointer du doigt qui que ce soit, si ce n’est la justice française en tant qu’outil de ces puissants inconnus de l’ombre, il retranscrit à l’écran l’ensemble des contre-enquêtes concernant l’affaire et, point par point, démolit le discours de l’accusation. Un procédé qui pourrait sembler malhonnête dans son abattement si nous n’avions une TRES forte présomption de la véracité de son discours, et qui finalement n’en rend que plus prégnant le malaise d’une telle injustice.

D’autant que Roschdy Zem, sur tous les fronts de la création du film, ne joue pas franchement sur le misérabilisme ou le pathos, à l’exception peut-être des dernières minutes. Il s’attache davantage à multiplier les points de vue avec la double ligne temporelle (laquelle aère efficacement la narration), à montrer comment le manque d’intégration de Raddad lui a porté préjudice… En un mot : à être le plus honnête possible. Ramener ce drame sur-médiatisé à hauteur d’homme. Il est en cela grandement aidé par un Sami Bouajila toujours aussi juste et à fleur de peau, se fondant à ce point dans son rôle que lorsque que Omar Raddad est enfin libéré et retrouve sa famille, on ne peut pas ne pas ressentir un flot d’émotions contradictoires nous prendre à la gorge. C’est l’une des concessions faites à l’objectivité du film, mais c’est aussi grâce à ça qu’il fonctionne en tant que vraie oeuvre cinématographique.

On peut alors s’interroger sur la réelle utilité de Omar m’a tuer, parce qu’après tout nous étions déjà convaincu de son innocence, mais j’aimerais tout de même vous raconter ce qui s’est passé à la fin de notre séance : alors que les lumières se rallumaient et que le générique défilait, la jeune ouvreuse (fort sympathique au demeurant) vient nous voir et s’enquière de savoir si tout s’est bien passé, si le film nous a plu. Puis, le plus naturellement du monde, elle nous demande s’il s’agit d’une histoire vraie… et s’il est coupable ou non… Comme dit le poète « le passé s’efface plus vite qu’on ne l’écrit », et c’est pourquoi le film de Roschdy Zem revêt une importance qu’il ne faudrait pas sous-estimer.

021.jpg  031.jpg  041.jpg

2 Réponses à “Critique ciné : Omar m’a tuer”

  1. tiniere karine dit :

    tres bon point de vue que je partage totalement avec toi.
    j avais oublié l ouvreuse et son: »y parait que c est une histoire vraie!!! »

  2. tiniere karine dit :

    ah oui aussi pour un présumé coupable il n a plus le droit d être jardinier mais iil a le droit d être boucher!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire