Volt, star malgré lui

volt.jpg

Si la compagnie Disney a définitivement intégré sous son giron le studio de tous les miracles, Pixar, et a même fait de sa tête pensante John Lasseter son nouveau PDG, il n’en reste pas moins que son département animation continue d’accuser un retard certain en comparaison des Ratatouille et autres Wall-E. Un état de fait qui ne changera malheureusement pas d’un iota avec Volt, star malgré lui, dernier bébé du studio aux grandes oreilles et plutôt réussi au demeurant, mais à qui il manque une étincelle pour faire la différence.

Recueilli par la fille d’un scientifique, un petit chien nommé Volt se voit gratifié de super-pouvoirs après une expérience et devient ainsi le protecteur de sa maîtresse, dont la vie est sans cesse menacée par de méchants hommes en noir… C’est tout du moins ce que croit Volt, chien-acteur sans le savoir à qui on a caché son statut de star de série TV pour rendre son interprétation plus crédible. Et lorsqu’il se retrouve perdu loin de son studio par accident, sa vision faussée du monde va rendre son voyage de retour difficile. Aidé d’une chatte récalcitrante et d’un hamster survolté, il se lance alors dans la plus grande aventure de sa vie

La magie, la véritable magie, est par essence indéfinissable. Pourtant, à voir le brio avec lequel Pixar mène sa barque depuis quelques années, c’est à croire qu’ils ont trouvé la recette. Et la gardent jalousement quand on voit comment leur ton, l’excellence de leurs longs-métrages, ne se retrouvent que chez eux. Malgré donc des qualités techniques évidentes et une charte visuelle très bien pensée (même si on ne comprendra pas que Volt ressemble tant à un chiot alors qu’il a plus de 5 ans), le nouveau Disney ne parviendra pas à jouer en plus sur la corde sensible comme il aimerait le faire, pour atteindre le spectateur et l’impliquer encore davantage dans l’intrigue au travers du portrait de ses personnages. Volt, star malgré lui a ainsi beau avoir été repensé de fond en comble lors de sa production comme le sont souvent les Pixar, sans cesse en cours d’affinage pour justement dénicher le coeur de l’intrigue, l’expérience ne portera pas complètement ses fruits. Car si les personnages du film sont très attachants, mignonnes petites boules de poil dans la grande tradition disneyenne, jamais ils ne nous émouvront.

Tant pis, le cinéma d’animation ne fonctionne de toutes façons pas qu’en jouant sur notre sensibilité et il reste alors quelques cordes à l’arc du duo Byron Howard / Chris Williams pour réussir leur coup. Chris Williams, un nom d’ailleurs de bonne augure puisque le monsieur a officié auparavant en tant que scénariste de Kuzco, l’empereur mégalo, ce qui fait déjà un très bon point pour lui et laisse présager du meilleur quant à l’humour du film. Une intuition qui se confirmera très rapidement dans la façon savoureuse avec laquelle nous sera présenté notre héros à quatre patte, au travers de sa série télé qui est l’occasion de parodier le caractère énorme de certaines productions d’action tout en se montrant en même temps foutrement spectaculaire (avec les lunettes 3D, ça pète carrément !). Mais c’est surtout par la suite, quand on arriveront les personnages de Mittens la chatte et Rhino le hamster, que le film prendra sa véritable dimension comique. En effet, chacun de ces animaux représente un type d’humour bien particulier dont les auteurs usent à merveilles, les mettant sans cesse en contraste avec le manque de second degré dont fait preuve Volt et qui réservera alors nombre de scènes très réussies sur le plan de la comédie.

S’il est donc encore loin des critères d’excellence dont peuvent se targuer les productions Pixar, surtout en ce qui concerne l’implication spectatorielle, Volt, star malgré lui reste un film d’animation des plus divertissants, dont les principales armes seront l’humour et, à l’occasion, un sens du spectaculaire qui fait joliment mouche. A ce titre, autant dire qu’il vaut mieux le voir en 3D tant le procédé apporte une valeur ajoutée indéniable à ces séquences époustouflantes. Mais bon, nous attendons quand même de voir ce que fera Disney avec ces futures productions et tout particulièrement celles en animation (plus ou moins) traditionnelle, un créneau dans lequel le studio pourrait bien se ré-affirmer comme l’un des véritables leaders du marché !

18982383w434hq80.jpg  18960980w434hq80.jpg  18966052w434hq80.jpg

Laisser un commentaire