Archive pour mars, 2008

IRON MONGER !!!!

28 mars, 2008

Alors que la dernière bande-annonce du film en date nous a sérieusement appâté, en dévoilant quelques plans absolument splendides, notre impatience de voir cet Iron Man se fait de plus en plus importante. Pour apaiser un peu cela – et éviter aux plus forcenés d’entre nous de finir encastrés dans une armure métallique de fortune ne respectant pas la charte de qualité Stark Industries – voici qu’arrivent quelques nouvelles images ! Et pas n’importe lesquelles puisque celles-ci, magnifiques, nous présentent Iron Monger dans toute sa gloire, le nemesis de Tony Stark. Deux certitudes se présentent donc à nous désormais (même si l’on s’en doutait depuis déjà quelques temps) : oui, il y aura un méchant autre que les terroristes dans le film, ce qui nous rassure ; et, oui, il va y avoir de la bonne fight entre les deux armures, ce qui nous fait très, très plaisir !

Alors, patience : le 30 avril n’est plus très loin !

ironmanfilm36.jpg

Spidey se met à la SF

28 mars, 2008

Tobey Maguire se sent pousser des ailes depuis qu’il en a fini (pour l’instant, en tout cas) avec Spider-Man. En effet, l’acteur semble de plus en plus se diriger vers une carrière parallèle de producteur puisque, en plus de ses rôles futurs dont une apparition dans le très prometteur Tropic Thunder, il met aussi en branle des projets assez faramineux sous la bannière Maguire Entertainment. On avait ainsi parlé d’une adaptation du célèbre anime Robotech, toujours en développement (et dans laquelle il tiendrait peut-être un rôle). Il faudra aujourd’hui ajouter l’adaptation de Afterburn, un comic dont les deux premiers tomes – sur quatre – viennent de sortir aux Etats-Unis.

Il s’associera pour l’occasion à Neal H. Moritz, producteur pétaradant de films comme XXX ou Fast and Furious, pour porter à l’écran ce comic scénarisé par Paul Ens et Scott Chitwood, deux fans de SF assez connus sur la toile pour avoir tenu le site officiel de Star Wars et « theforce.net ». Aucune autre info pour l’instant mais le projet est encore jeune et on a hâte de voir tout ça se concrétiser, surtout qu’une chasse au trésor post-apocalyptic est un concept assez rare et donc particulièrement excitant.

 afterburncover2.jpg

Le comic – et donc très certainement le film – raconte comment, dans le futur, un embrasement solaire a détruit tout l’hémisphère Est de la planète, laissant ces terres à la merci des survivants que les radiations ont fait muter en monstres terrifiants. Malgré cela, des groupes de chasseurs de trésors n’hésitent pas à s’y aventurer, à la recherche des oeuvres du passé qui auraient pu survivre à l’apocalypse comme la Joconde, la pierre de Rosette, la couronne d’Angleterre,… Une quête d’autant plus hardue pour le groupe des héros que leurs concurrents se montrent agressifs, l’environnement inhospitalier et les mutants… affamés…

Des nanas et des katanas

28 mars, 2008

Blood : The Last Vampire fut une date au pays du Soleil levant car il marqua le début des projections en numérique. Une révolution technique qui fut acclamée à l’époque par des gens comme James Cameron, abasourdis par la beauté visuelle de la chose – avec un mélange 2D/3D tout bonnement hallucinant concocté par le studio Production I.G. – et une réalisation aux petits oignons. Malheureusement, cette débauche de moyens avait ses limites et le film dut alors se contenter d’une durée d’une cinquantaine de minutes, ce qui laissa beaucoup de spectateurs sur leur faim. Tant pis, il nous restait le manga et la série, Blood+, pour faire passer la pillule.

Et nous aurons désormais le film live, adapté de l’anime, qu’achève de peaufiner actuellement Chris Nahon après que Ronny Yu ait été attaché au projet, et qui devrait sortir au mois de juillet de cette année. Un projet avec lequel on ne sait trop sur quel pied danser, entre un réalisateur capable de bonnes choses comme de très nulles et une adaptation dont on se demande encore quel intérêt elle peut présenter. Toujours est-il que les premières photos rendent plutôt bien et qu’ils n’ont pas fait l’erreur de prendre une actrice caucasienne pour jouer le rôle de Saya, ce qui est déjà un plus non-négligeable. Manquent encore les chiroptères, que l’on espère aussi réussis et flippants que dans le film d’animation.

bloodvampire7.jpg

bloodvampire2.jpg

bloodvampire13.jpg

Zemeckis et les robots

28 mars, 2008

Robert Zemeckis, parce qu’il est un réalisateur ô combien talentueux et ayant toujours cherché à être à la pointe de la technologie, est devenu depuis quelques temps le fer de lance de cette nouvelle technologie qu’est la performance capture en l’ayant d’une part plus ou moins développé et, d’autre part, en l’ayant utilisé pour la première fois. Il a ainsi réalisé Le Pôle Express et La Légende de Beowulf, et travaille actuellement sur A Christmas Carol avec Jim Carrey en tête d’affiche. Une implication impressionnante dans ce tout jeune procédé qui lui vaut d’ailleurs d’être impliqué dans tous les autres projets de cet acabit, même s’il ne les réalise pas lui-même (Monster House).

C’est ainsi que Zemeckis – au travers de sa compagnie ImageMovers – se retrouve cette fois associé au studio Disney, afin de produire ce qui est pour l’instant le prochain film de Michael Dougherty : Calling all Robots. Rien que le titre, déjà, ça fait bien envie, mais quand on imagine en plus un film de robots en performance capture… oui, c’est beau.

Néanmoins, nous n’en savons encore que très peu sur ce que sera l’intrigue. Dougherty et ses deux compères Breehn Burns et Simeon Wilkins, avec qui il a créé tout le concept, ont ainsi simplement laissé entendre que le film trouverait ses origines dans les vieux films de Godzilla. Alors, est-ce que les robots seront une métaphore des angoisses du peuple américain, un peu comme ce qu’ont voulu faire Abrams et Reeves sur Cloverfield ? Est-ce qu’ils seront géants et détruiront tout sur leur passage ? Sera-ce une révolte, ou une invasion ? Est-ce que ce film sera comme un sorte de version plus adulte de Monsters vs Aliens, qui rend lui aussi hommage à ce cinéma ? La suite dès que nous en apprenons plus !

X-Files 2 : poster et trailer !

28 mars, 2008

xfiles2teaser.jpg

Dire de ce film que les fans de la série l’attendent avec une impatience relevant de la psychiatrie lourde serait encore un euphémisme : ce X-Files 2, c’est du concentré de rêve en barre, la concrétisation – tout du moins on l’espère – de plusieurs années d’attente, de frustration. Déraisonnables, nous le sommes en effet, mais c’est parce que notre passion est à la hauteur du statut culte de la création de Chris Carter, qui a révolutionné notre approche du fantastique et nous a offert à la fois un binôme de héros fonctionnant à merveilles en plus d’une vaste mythologie qui nous a parfois ému, nous a souvent perdu, mais nous a aussi toujours fait triper. Nous sommes donc encore très loin de la vérité (puisqu’elle est ailleurs, rappelons-le) lorsque l’on dit que la moindre news sur le film est comme une pépite d’or qui nous tombe dessus, sans crier gare.

Vous comprendrez donc notre enthousiasme devant cette première affiche teaser magnifique, qui joue à fond sur l’icônisation de la série et nous offre enfin un visuel digne de ce nom. Parce que la première bande-annonce a eu beau nous avoir tétanisé d’envie, elle ne se trouve pour l’instant encore que dans une version pourrie qui ne lui fait vraiment pas honneur. Cette affiche arrive donc à point nommé pour palier à notre manque d’images, alors que le film sort ce 30 juillet. On attend la suite, maintenant !

Le film X-Files 2, pour info, mettra en scène nos héros dans une histoire indépendante. Pour Frank Spotnitz, producteur et co-scénariste, le film ne sera pas une simple déclinaison de la série censée jouer sur la nostalgie de certains fans, mais une véritable oeuvre cinématographique qui nous permettra de découvrir l’univers et les personnages sous un angle nouveau.

p.s : si jamais vous êtes intéressés (mais puisque vous êtes arrivés jusque là dans l’article, je pense que vous l’êtes), vous pourrez trouver sur la toile… une nouvelle bande-annonce de X-Files 2 ! Quand on en parle ! En revanche, celle-ci n’a été projeté que pour le festival Paleyfest et est donc toujours de mauvaise qualité mais, hé ! ça reste quand même énorme ! Allez hop, tous sur Youtube !

Image de prévisualisation YouTube

Tintin a un visage !

22 mars, 2008

Voilà bien un film qui aurait pu très aisément se retrouver dans le dossier collectif « nos films fantasmés », tant le projet d’adapter la bande-dessinée Tintin est cher à Steven Spielberg, et aurait pu donner quelque chose de réellement excitant (vu déjà la qualité de son « lot de consolation », Les Aventuriers de l’Arche Perdue, que lui et George Lucas ont mis en branle suite au refus des héritiers de Hergé de leur céder les droits). Mais nous n’en avons pas parlé dans notre dossier car, et je suis sûr que vous êtes au courant, le film se fera finalement dans un futur proche ! Hooray !

Plusieures nouvelles nous sont parvenues depuis cette annonce on ne peut plus jouissive, comme l’implication de Peter Jackson dans le projet ou bien la technique qui sera utilisée pour donner vie à ces aventures, la « performance capture » découverte avec les deux derniers films de Robert Zemeckis (et en attendant le troisième, une reprise des Contes de Noël avec Jim Carrey). Une méthode de réalisation qui offre de nombreuses possibilités sur le plan visuel – surtout que les deux réalisateurs attachés au projet ont parlé d’une véritable hybridation entre le trait du dessin et le réalisme des CGI – et qui implique un casting un peu différent de l’ordinaire puisque le physique des acteurs n’est plus à prendre en compte. Ainsi, nous avons appris que Andy Serkis (spécialiste de ce genre de tournages après avoir été et Gollum, et King Kong) participerait au film pour donner vie à l’ordurier Capitaine Haddock mais restait la grande question : qui pour jouer Tintin ? Hé bien, la nouvelle vient de tomber, c’est au jeune Thomas Sangster que reviendra cette lourde tâche ! Un acteur qui peut paraître un peu jeune (17 ans) mais, comme nous l’avons dit, cela ne pose pas de problème avec la technique de « performance capture » et permettra même d’offrir au personnage toute la vigueur qui le caractérise. Très bon choix, donc !

thomassangstertintin23.jpg

Pour rappel, trois albums des aventures de Tintin seront adaptés, en trois films, Spielberg et Jackson en réalisant chacun un tandis que le troisième incomberait à un réalisateur encore non-déterminé (pourquoi pas Zemeckis ?). Aucun indice n’a encore filtré quant aux albums qui seront adaptés (on parlerait néanmoins de « Le Crabe aux pinces d’or », « Le Secret de la Licorne » et « Le Trésor de Rackham le Rouge ») mais la chose est tout de même bien partie puisque la pré-production a déjà été entamée à Los Angeles et qu’une période de tournage a été fixée : dès cet automne, sous l’égide de Spielberg pour le premier film de la série. En tout cas, après Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, le moins que l’on puisse dire est que Steven Spielberg a l’intention de se faire plaisir et de nous faire plaisir. Vivement, donc !

10 000

22 mars, 2008

10000.jpg

« 10 000 ans avant notre ère, au coeur des montagnes… Le jeune chasseur D’Leh aime d’amour tendre la belle Evolet, une orpheline que sa tribu recueillit quelques années plus tôt. Lorsque celle-ci est enlevée par une bande de pillards, D’Leh se lance à sa rescousse à la tête d’une poignée de chasseurs de mammouths. Le groupe, franchissant pour la première fois les limites de son territoire, entame un long périple à travers des terres infestées de monstres, et découvre des civilisations dont il ne soupçonnait pas l’existence. Au fil de ces rencontres, d’autres tribus, spoliées et asservies, se joignent à D’Leh et ses hommes, finissant par constituer une petite armée.
Au terme de leur voyage, D’Leh et les siens découvrent un empire inconnu, hérissé d’immenses pyramides dédiées à un dieu vivant, tyrannique et sanguinaire. Le jeune chasseur comprend alors que sa mission n’est pas seulement de sauver Evolet, mais la civilisation tout entière
… » (source : allocine.fr)

Alors que les bandes-annonces m’avaient bien accroché (comme toujours avec le label « grand spectacle » de Roland Emmerich et son sens de la communication, d’ailleurs), quelques mauvais points venaient ternir malgré tout mon envie de voir ce film renouant avec une certaine tradition du cinéma d’aventure (ah, Raquel et son bikini en peau de bête !) : des hommes préhistoriques – ou néandertamachinchose - qui parlent dans un anglais/français parfait (ça, comme le dit ce cher Judepomm, c’est plus possible qu’on l’accepte comme de rien depuis que Mel Gibson nous a lâché La Passion du Christ et Apocalypto dans la tronche), un héros qui a l’air de sortir tout droit de Sexy Dance 2,…  Plus encore, les premiers échos parvenus à mes oreilles étaient vraiment mitigés, pour ne pas dire très mauvais, venant même de vrais fans du gemanique réalisateur. Ça ne sentait donc pas très bon, ou alors une odeur rance de gros gâchis. Et puis, malgré cela, l’occasion s’est présentée de le voir et, me remémorant les images bien tripantes de la bande-annonce, j’y suis allé. Et comment que j’ai bien fait !

Parce qu’il est vrai que le film souffre de quelques défauts assez gênants, comme ceux évoqués plus haut et d’autres. Par exemple, un narrateur en voix-over (Omar Sharif en vo, j’espère que ce n’était pas lui en vf) très académique et qui fait parfois ressembler le film à un docu-fiction de France 2. Ou bien encore des effets spéciaux à la limite du baveux, surtout en ce qui concerne l’incrustation des humains dans les phases d’action, avec des décors créés à la 300. Ce qui nous ammène à un autre problème de 10 000, cette propension que Emmerich a de citer certains gros succès récents (300, donc, dont une scène est presque calquée à l’identique, mais aussi Pathfinder,…) ou même de citer ses propres films (remember Stargate ?). Un défaut réellement mineur en comparaison d’une réalisation un poil trop classique et qui ne parvient pas toujours à insuffler un réel vent épique, un comble chez le réalisateur. Mais Emmerich sera toujours Emmeich, et il reste donc encore de très bons moments dans le film, qui ne sont pas aussi sous-exploités que l’on avait pu me le dire. Des scènes tès efficaces, qui jouent habilement de leur décor (l’attaque dans les hautes herbes) ou bien profitent d’une belle démesure (le climax) pour un spectacle qui ne cassera pas trois pattes à un canard, mais qui ne vous pétera pas non plus les couilles !

 10 000 ne sera donc pas l’énorme film que l’on attendait, les réalisations de Roland Emmerich souffrant à chaque fois de défauts gênants (jamais les mêmes, mais il y en a toujours) qui les empêchent d’atteindre le niveau des promesses faites par leurs incroyables bandes-annonces. Il n’empêche que l’ensemble reste suffisament plaisant pour nous distraire gentiment, profitant d’un sens du spectaculaire qui comblera les lacunes pour peu que l’on soit prêt à fermer les yeux sur elles. Du pur Emmerich, quoi !   

18910157w434hq80.jpg  18866926w434hq80.jpg  18913283w434hq80.jpg

Nouvelles affiches de Speed Racer… toujours pas terribles

19 mars, 2008

speedracergiant2ndposter.jpg  speedracergiantspeed.jpg  speedracergianttrixie.jpg  speedracergiantracerx.jpg

1234