Archive pour février, 2008

On achève bien les News en vrac

13 février, 2008

- on commence cette fournée de News en vrac avec le rayon casting, et pas des moindres puisqu’il s’agit de deux films relativement attendus : Drag Me To Hell de Sam Raimi, son retour en fanfare à l’horreur qui s’adjoint les services de l’actrice montante du moment, Ellen Page (Juno, Hard Candy) ; et Run, le futur film de John McTiernan après plus de 5 ans d’absence et dans lequel Thomas Jane (The Mist… et The Punisher aussi, oui, mais gardons plutôt à l’esprit The Mist, sans quoi cette news optimiste ne fonctionnera pas) tiendra le premier rôle. Des retours qui font plaisir, des réalisateurs qu’on aime, des acteurs avec du potentiel et des tournages qui commenceront d’ici au printemps : que demande le peuple ?

- et puisque l’on parle de Ellen Page (attention, transition !) qui a joué dans Hard Candy (ça continue !), profitons-en pour aborder le futur de son réalisateur (et voilà !), David Slade, qui nous a entre-temps gratifié d’un énorme 30 Jours de Nuit. Le monsieur va ainsi revenir à un genre très proche de son premier film - où il sera question de séquestration, d’interrogatoire et de torture psychologique - mais cette fois dans un style plus à la 24, Unthinkable (le titre du film, vous l’aurez compris) dépeignant les pressions exercées sur un homme pour lui faire avouer où se cachent trois missiles nucléaires prêts à exploser sur les states. Yep, pourquoi pas… mais j’aimais mieux les vampires…

- et puisque l’on a parlé tout à l’heure de « retours qui font plaisir » (attention, transition à effet différé !), abordons celui de notre good ol’ Sly qui vient de nous mettre une bonne claque avec son John Rambo. Stallone, en plus d’un projet de biographie sur Edgar Allan Poe, tendrait ainsi à marcher sérieusement sur les traces de Charles Bronson en remakant Le Flingueur sous la bannière de la MGM en plus d’un autre remake, celui du Justicier dans la Ville, qu’il essaye de monter depuis quelques temps. On ne sait presque rien pour l’instant de ces projets, mais une chose semble néanmoins sûre : Sly n’a pas fini de défourailler !

- Michael Bay, parce qu’il n’est pas homme à se laisser abattre par des salauds de grêvistes, vient d’annoncer qu’il avait tout juste fini d’écrire une première mouture au script de Transformers 2. Pourtant, le date de sortie du film n’est fixée qu’au 26 juin 2009, alors pourquoi tant d’empressement, Michael ? Toi aussi, tu n’aimes pas être pris en otâge par les gauchistes ? 

- intéressons-nous maintenant à nos petits frenchies expatriés chez l’Oncle Sam, avec quelques news de plus ou moins grand intérêt. Commençons par le « moins » : le remake du Piranha de Joe Dante par Alexandre Aja aura les honneurs d’être tourné avec le nouveau format 3D, pour que lors de la projection les goulus poissons vous fondent dessus. Une bonne nouvelle pour ceux qui ont une salle équipée de ce système près de chez eux, mais ce n’est pas encore le cas de tout le monde… fais chier… Sinon, pour le « plus », bonne nouvelle avec le retour sur le calendrier de la Weinstein Company du Hellraiser réalisé par Alexandre Bustillo et Julien Maury (A l’intérieur), menacé un temps à cause de la grève des scénaristes (qui se finit en ce moment-même, en fait). Ça se passera le 09 janvier 2009 aux USA et on a hâte de voir tout ça, si la grêve prêvue pour cet été ne vient pas tout foutre en l’air !

- pour ce qui est des français qui restent chez eux, notons que Olivier Barroux va lancer le tournage de son nouveau film, Safari, dès le mois de mars. Son compère de toujours Kad Merad jouera le dirigeant d’une petite société proposant des safaris au Kenya et qui devra, malgré sa peur des animaux, apporter une mallette jusqu’à la frontière somalienne au milieu de touristes français. Le casting comptera entre autres Lionel Abelanski, Frédérique Bel, Omar Sy et… Yannick Noah, qui jouera pour son premier rôle un chef de village. On remarquera que, après sa chanson Saga Africa, l’ancien tennisman aime à commencer ses nouvelles carrières par de gros clichés. Bizarre…

- les projets sur lesquels il n’est pas trop la peine de s’attarder : un nouveau film tiré du jeu vidéo Mortal Kombat et réalisé par Mink (l’affligeant Into The Sun avec Steven « le casseur de bras islandais » Seagal), plus une parodie des plus grands monstres du cinéma dans un certain Stan Helsing qui sera réalisé par… un des producteurs de Scary Movie. Autant dire que ces projets vont avoir un sacré boulot pour nous convaincre. Mais on ne demande que ça !        

- et parce qu’une « News en vrac » sans nouveau projet de Guillermo del Toro ne saurait être une bonne « News en vrac », voici celui du moment : le réalisateur a révélé avoir discuté avec l’écrivain/scénariste Neil Gaiman (Beowulf) de la possibilité d’adapter le comics Dr Strange en film. Bon, il ne s’agit encore que d’une discussion entre deux collègues, mais vu comment les deux ont le vent en poupe et combien les adaptations de comics sont au goût du jour, on peut imaginer sans peine qu’un tel projet pourrait bien finir par se concrétiser un jour. Qui vivra, verra. 

Teasers animés uploadés

13 février, 2008

KUNG FU PANDA

kungfupanda.jpg

Le premier teaser international pour Kung Fu Panda, la futur film d’animation de Dreamworks, qui nous fait un étalage assez sympathique des différentes techniques animales dans le kung fu. Rien de bien neuf à en dire, donc je vous laisse mater ça tranquillement.

début de l’entraînement le 09 juillet 2008.

Image de prévisualisation YouTube

 

WALL – E

wallespacepicsm.jpg

Là, en revanche, on tape dans le lourd puisque cette nouvelle bande-annonce pour le futur chef d’oeuvre de Pixar (oui, j’ai déjà décidé qu’il s’agira d’un chef d’oeuvre et j’assume) nous présente l’intrigue un peu plus en détails, surtout que nous est révêlée l’identité du pilote de la mystérieuse fusée qui manque d’écraser le pauvre Wall-E !

Putain, ça a l’air de plus en plus génial !

(désolé pour la qualité de la vidéo, et sa probablement courte présence sur ce blog, mais ça devient très dur d’en trouver une version avec Pixar et Disney qui font une véritable chasse aux sorcière des vidéos youtube et autres dailymotion… bastards !)

sortie spatiale le 30 juillet 2008.

http://www.dailymotion.com/video/x4bf88

 

 walle01.jpg

Et comme vous avez été bien sages, voici pour vous l’excellente publicité faite spécialement pour le Superbowl avec, en plus, des guests de luxe ! Enjoy !

Image de prévisualisation YouTube

Primus Imagus

13 février, 2008

THE IMAGINARIUM OF DOCTOR PARNASSUS

Bien que la mort de Heath Ledger (accidentelle, nous a-t-on dit) ait sacrément foutu dans la panade cette production, au point même que l’on parlait de l’annuler, le prochain Gilliam ne connaîtra pas le destin funeste de son Don Quichotte et ça fait bien plaisir ! Pour fêter cela, voici la première image de The Imaginarium of Doctor Parnassus où l’on découvre le fameux « Imaginarium », une sorte de thêatre ambulant entouré de moults mystères.

Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me rappelle un peu – dans le TRES bon sens – les délires visuels des Aventures de Baron de Munchaüsen. Vivement la suite !

theimaginariumofdoctorparnassus1.jpg

MIDNIGHT MEAT TRAIN

Réalisé par Ryuhei – Versus – Kitamura d’après une nouvelle de Clive – Hellraiser – Barker, ce Midnight Meat Train s’annonce comme une péloche d’horreur à suivre de très, très près, l’addition de ces deux talents promettant un film super intéressant (comprenez par là que scénario et réalisation risquent de déchirer sévère).

Surtout que cette première photo de Vinnie Jones en action (c’est lui qui interprète le méchant psychopate équarisseur d’usagers du métro) démontre sans ambage que, oui, il a grave la classe dans ce rôle ! Et l’ambiance n’est pas en reste puisqu’entre le marteau, le tablier ensanglanté, les cadavres pendus comme des morceaux de barbaque et une très belle direction de la photographie, Midnight Meat Train semble bien parti pour jouer la carte d’une horreur à la fois barbare, froide et stylisée.

Comme d’hab’, on attend ça avec impatience. Go, Kitamura ! Go ! 

vinniejones2.jpg

STAR WARS : CLONE WARS

Premières captures d’écran pour ce Star Wars : Clone Wars qui reviendra sur la période trouble tenant place entre L’Attaque des Clones et La Revanche des Siths, à la suite des événements déjà relatés dans la série en animation « traditionnelle » de Genndy Tartakovsky. A noter que la réalisation de la série sera supervisée par Dave Filoni, qui a participé avant cela à l’énorme série Avatar. Niveau combats, attendez-vous donc à du très lourd.

Pour info, sachez que la padawan accompagnant Anakin sur toutes ces photos se nomment Ashoka et qu’elle devrait tenr une place très importante dans les futurs 100 épisodes que devrait compter la série. Il sera en tout cas très intéressant de voir Anakin dans le rôle d’un mentor avant qu’il ne pète complétement les plombs, cela va ammener une nouvelle dynamique à la saga (le duo Anakin/Obi-Wan a déjà été beaucoup traité).

Et ça semble se confirmer : les 3 ou 4 premiers épisodes de cette nouvelle série se verraient bien réunis pour une exploitation en salles, pour l’instant seulement aux states (sortie prêvue le 15 août 2008) avant la diffusion télévisée à l’automne.

clonewars2.jpg

clonewars3.jpg

clonewars01.jpg

clonewars02.jpg

SPLICE

Je vous avais montré il y a quelques temps les premières superbes images conceptuelles de ce que serait le monstre de ce film traitant des dérives de la manipulation génétique, et voici la première photo officielle de ceux qui auront à affronter cette menace, à savoir Adrien Brody et Sarah Polley.

Bon, pas grand chose à en dire pour l’instant si ce n’est que l’ambiance a l’air d’être bien cool, creepy à souhait.

En même temps, avec un film réalisé par Vincenzo Natali (Cube) et produit par el Guillermo del Toro, pouvait-on s’attendre à moins ?

splice01.jpg

Résultats du Sondage « Plus de… »

12 février, 2008

Avec un total de 8 votes, ce premier sondage rivalise sans honte avec le taux d’absentéisme de n’importe quel référendum. Et c’est tant mieux, puisque cela démontre sans ambage que ce Geek Show est déjà parfait en tous points, avec une ligne éditoriale à faire pâlir Télérama et Maisons & Jardins sans même se forcer. Merci donc à ceux qui n’ont pas vôté. Et merci aussi à ceux qui ont vôté, prouvant ainsi leur implication indéfectible. Et merci à moi, moi qui me suis donné la force d’écrire… bon, passons, et étudions plutôt les résultats de ce premier sondage.

A la question « Aimeriez-vous que le Geek Show vous propose… ? », vous avez ainsi répondu :

- plus de plus : 63%
- plus de conseils culinaires : 13%
- plus de cinéma d’Europe de l’Est : 13%
- plus de filles nues : 13%
- plus de pouvoir d’achat : 0%

Alors, déjà, on remarque que « plus de pouvoir d’achat » récolte 0%, ce qui fait bien plaisir car c’est la preuve ultime qu’aucun de ces satanés (pour rester courtois) sarkozistes ne traine dans le coin. Ou alors c’est qu’ils ont trop honte de l’afficher et on comprend aisément pourquoi. Par contre, je ne comprends pas pourquoi « plus de filles nues » ne récolte qu’une seule voix, ça me semblait pourtant une excellente proposition pleine de bon sens et de potentiel. En tout cas, moi, c’est ce que j’aurai voté si je m’étais offert ce droit. Merci donc à toi qui partage mon combat (la lucha continua, compadre !).

Pour ce qui est de « plus de conseils culinaires » et de « plus de cinéma d’Europe de l’Est », je tiens à rassurer les deux votants sur le fait que leurs voix ont bien été entendues et ne resteront pas sans conséquences. Je me prépare ainsi à ouvrir très prochainement un nouveau blog que vous pourrez retrouver à l’adresse http://cuisinedanslecinemabolchevique.hellblog.sex. Premier article dès que je trouve un film russe où ils expliquent comment faire de la vodka avec des patates.

Et enfin le grand gagnant, avec un score ébouriffant de 63%, votre désir le plus enflammé quant à ce blog : « plus de plus »… j’avoue que, au début, j’aurai tablé sur celui-ci comme étant le dernier à la fin. Drôle de monde… Bon, bah c’est parti : + + + + + (je n’irai pas à plus de cinq + car, en plus, les + coûtent de plus en plus cher).

Sur ce, je vous dis à + (en voilà 6 ! Et me voilà ruiné !) et vous promets un prochain sondage plus constructif.

L’après Halloween du Zombie

11 février, 2008

robzombiehalloween.jpg

Maintenant que Rob Zombie est entré dans la A-list des réalisateurs du cinoche comme on l’aime (après 3 films aussi réussis que différents), il croûle sous une telle quantité de projets qu’un petit récapitulatif s’impose.

On avait ainsi parlé d’un remake de C.H.U.D., pour l’instant mis de côté. Il y a aussi le film d’animation tiré de son comics, The Haunted World of El Superbeasto, et qui devrait sortir d’ici à fin 2008/début 2009. Sans oublier l’hypothètique passage au format long de sa fausse bande-annonce Werewolf Women of the SS. Beaucoup de projets, en somme, et sur lesquels viennent s’en greffer encore d’autres !

En effet, le réalisateur aux cheveux étranges a révélé il y a peu que son prochain film, après El Superbeasto, serait un certain Tyrannosaurus Rex prêvu pour une sortie le 28 août 2009. Je vois déjà les yeux de mabataille s’écarquiller mais point trop de précipitation puisque, si l’on ne sait quasiment rien de ce projet, on sait au moins qu’il n’y aura pas de dinos dedans… désolé de te décevoir, mais gageons que Rob nous pondra comme précédemment un truc bien tripant.

Mais la news de cette news, c’est que le réalisateur aurait rencontré les producteurs de Nu Images afin de porter à l’écran… CONAN LE BARBARE !!! Yesss ! Alors, absolument rien n’est fait pour l’instant (ils ont juste discuté) mais avouez que cette perspective est carrément bandante ! J’veux dire, quoi, Rob Zombie qui fait un Conan, c’est presque aussi énorme que si c’était McT, non ? 

John Rambo

11 février, 2008

rambovf.jpg

« John Rambo s’est retiré au nord de la Thaïlande pour essayer de vivre avec ses démons, à l’écart de ce monde dont il vient mais auquel il n’appartient plus depuis longtemps. Jusqu’au jour où débarquent des volontaires humanitaires et missionnaires lui réclamant de l’aide pour rejoindre un village un peu plus haut sur la rivière. Une zone de guerre dans laquelle l’ancien militaire va les déposer contre son avis, et à raison puisque ceux-ci vont disparaître très rapidement, kidnappés par des militaires criminels et vicieux. Une situation que connait bien Rambo et qui va le pousser à renouer avec sa nature profonde : la guerre.« 

20 ans. 20 ans depuis le dernier carnage orchestré par John Rambo, dans un film aussi moyen qu’idéologiquement puant. Autant dire que cette icône du cinéma d’action semblait alors belle et bien enterrée, les 90′s apportant de plus une nouvelle conception du action-hero dans laquelle le troufion Rambo n’avait plus sa place. Mais, on le sait, les modes sont cycliques, et on assiste aujourd’hui à un véritable revivalde toutes ces juteuses licences que nous n’avons jamais cessé d’aimer. Petit problème cependant : qui est aujourd’hui John Rambo, lui qui a été tour-à-tour anti- (le 1er, où il expose le malaise des anciens combattants du Vietnam) et pro-guerre (le 3ème, où il fout une bonne raclée à ses salauds de cocos juste à la fin de la Guerre Froide) ? Notre époque n’a absolument rien à voir avec celles des précédents films et cela doit se ressentir sur le personnage.

Chose que réussit parfaitement Sly, en nous présentant un personnage dont les méthodes et le discours sont un peu limites (l’humanitaire ne sert à rien, la seule solution valable est le recours aux armes) mais sans en être pour autant l’étendard d’une certaine politique américaine. Bien au contraire, même, puisque Rambo est désormais un être dont le cynisme et le désenchantement vous sautent à la gueule (ses premiers mots dans le film sont, je crois, « fuck the world! » ou quelque chose d’approchant), une machine de guerre qui s’est mis elle-même en pause à force de trop en voir, puis qui se remet en marche par la force des choses et avec une brutalité hallucinante (entre égorgement à main nue et décapitation d’un coup de couteau). Rambo est donc devenu un véritable bad-ass et ça, ça fait déjà très plaisir.

Mais là où ce John Rambo est vraiment énorme, c’est dans le pétage de plomb de « Stallone réalisateur » qui nous livre une des péloches les plus violentes jamais tournées, véritable tour de force pour un blockbuster super-attendu et qui va plus loin que tout ce que l’on aurait pu imaginer (comme pour son Rocky Balboa, d’ailleurs, sauf que la direction prise dans celui-ci n’était vraiment pas concluante… pour ne pas dire chiante, oui), sans réel égard pour les visées commerciales. On pourrait ainsi énumérer les morceaux de bravoure que compte le film, et il y en a (rien que le monstrueux climax final, qui n’a déquivalent en termes de furie cinématographique que la scène du mitraillage d’arbres dans Predator… sauf qu’ici on tire sur des humains qui ont une forte propension à exploser en gerbes rouges bien gores), mais il est une chose et une seule qui montre sans ambiguïté le jusqu’au-boutisme dont fait preuve le dernier film de Stallone : perdus au milieu des scènes de carnage, des plans où l’on voit plus qu’explicitement des enfants se faire tuer, et qui plus est de manières particulièrement vicieuses…

Une démesure dans la barbarie et une transgression de tabous qui emmène le film au-délà du cadre du « simple » film d’action, le faisant rentrer de plein pied dans celui du film de guerre, surtout que Stallone scénariste « s’applique » à mettre en lumière la situation merdique qui règne en Birmanie (les images d’archives au début qui tendent bien évidemment à inclure le film dans la réalité pour mieux la commenter). Une volonté louable mais qui est finalement éclipsée par le plaisir cinématographique que procure ce film sans concession, surtout que sa courte durée lui offre un rythme trépidant tout en le forçant à un certain manichéisme pour ne pas le perdre (les méchants sont VRAIMENT très méchants : voir le chef des soldats qui, en plus d’être est un criminel de guerre – ce qui est déjà pas mal explicite – , est un pédophile).

Tant pis, on fera l’impasse sur cet impair pour profiter de ce retour en grâce (ça faisait très longtemps que Sly n’avait pas eu autant de projets devant lui) et en force d’une hargne magistrale, la résurrection d’une icône des 80′s que l’on pensait lessivée par sa récupération idéologique et qui nous revient avec une virginté toute neuve, comme un diamant brut sur lequel se reflètent miraculeusement tous nos rêves de carnages péliculés. C’est simple, jamais nous n’avions autant aimé Rambo, et jamais il ne nous l’avais si bien rendu ! Pour résumer : John Rambo, ÇA TROUE LE CUL !!!   

18882868w434hq80.jpg  18855360w434hq80.jpg  18882866w434hq80.jpg

Cloverfield

9 février, 2008

cloverfieldfr.jpg

Le buzz avait commencé il y a déjà quelques mois, jouant à fond la carte du mystère. Le film n’avait alors pas de titre, juste une date qui résonnait comme l’annonciation de la fin du monde. Puis vint le teaser, qui mit tout le monde d’accord quand au fait qu’on ne savait toujours pas de quoi ce 01-18-08 allait parler. Mais il mit aussi tout le monde d’accord sur un autre point : ce film avait l’air carrément énorme, et on n’en pouvait plus de découvrir ce qui était en mesure de foutre ainsi en l’air la Statue de la Liberté, de provoquer de telles explosions. Des pistes furent lâchées un peu partout sur la toile, certaines apparement vraies (le Slusho) comme d’autres probablement fausses (les références à Lovecraft et la « sphère casse-tête »), laissant la place aux pronostics les plus fous. On a vu des gens témoigner de la fin du monde devant des caméras DV, un faux reportage de la télévision japonaise relatant la destruction d’une station pétrolière en pleine mer. Et maintenant qu’on a vu le film… on n’en sait pas réellement plus. Mais, putain de dieu, qu’est-ce qu’on s’est fait plaisir !

Parce que Cloverfield jouit d’une idée de base tout bonnement géniale, celle de nous présenter une invasion à la Godzilla au travers d’une simple caméra DV. Un concept aussi simple qu’il est fort, et qui va nous placer au beau milieu de l’action et de la panique comme rarement dans le cinéma. Ainsi, si l’on commence avec des passages classiques et chiants comme le sont presque toujours les « films de famille » (ici une fête d’adieu entre jeunes New-Yorkais très hype), c’est pour mieux marquer la rupture lorsque le monstre débarque, aussi subitement que brutalement. Un contre-point parfait, la furie s’emparant à ce moment du film vous sortant avec violence de la torpeur qui la précédait, pour vous perdre de plus en plus profondément dans le chaos ambiant. Et ça ne s’arrête plus, le monstre étant omniprésent (le bruit de ses lourds pas se fait presque entendre en permanence) et possédant qui plus est quelques particularités qui en font un véritable vecteur de fin du monde (je vous laisse découvrir LES surprises). L’armée débarque, canarde impuisamment dans tous les sens, ça court, ça hurle, la terre tremble sous le poids d’un monstre gigantesque et stylé, les bâtiments s’écroulent… oui, c’est carrèment jouissif. Et le mieux, dans tout ça, c’est que l’on a l’impression d’y être !

Cependant, Cloverfield ne se contente pas de taper dans le spectaculaire, car sa forme et son histoire lui permettent d’aborder nombre d’idées fort à-propos,  qui se mélangent pour former une réelle richesse thématique. Parce qu’en plus d’une assez bonne crédibilisation de la DV (la durée n’excédant pas celle d’une K7, les coupures résultant d’un saut dans le time-code, les ellipses,…) indispensable pour pousser davantage le film vers une impression de réalisme (nous sommes quand même censés regarder une k7 DV telle qu’elle a été trouvée, brute de décoffrage), le premier effort de Matt Reeves nous interroge sur nombre de faits d’actualité. Sur des images que nous avons vu, et le rapport que nous entretenons avec elles. Evidemment, on pense tout de suite au 11 septembre lorsque l’on voit ces buildings qui explosent, le nuage de poussière et débris se propager, les « oh my god ! » anonymes qui résonnent. Des images que nous avons tous vu. Mais le plus intéressant (au niveau thématique, j’entends, parce que sinon j’aime bien aussi quand ça fait « Krashhh ! Boum ! Pjiou ! ») serait donc notre relation à ses images, le besoin tordu que nous avons de les voir et qui est bien sûr explicité par la forme même du film. Quand le personnage qui tient la caméra s’explique sur le fait de continuer à filmer en disant « vous ne croyez pas que les gens voudront savoir ce qui s’est passé ?« , il tape en plein dans le mille. Oui, on veut savoir, on veut voir. Et pour ça, Cloverfield nous fait sacrément plaisir.

Que dire de plus ? 

18894430w434hq80.jpg  18888335w434hq80.jpg  18894434w434hq80.jpg

Un président en Terminator ?

8 février, 2008

McG, réalisateur de Charlie et ses drôles de dames et futur réalisateur de Terminator Salvation, a récemment révélé dans une interview qu’elle serait son « acteur de rêve » pour reprendre le rôle de Schwarzy. Et s’il parle d’acteurs comme Eric Bana ou Russel Crowe comme des possibilités (même s’il les vanne carrèment dans son interview), son choix se porterait plutôt vers… 

joshbrolin01.jpg

… Josh Brolin !

Un choix qui m’a vraiment étonné au départ tant je n’imaginais pas l’acteur dans ce rôle, avec sa gueule de beau gosse de soap-opera. Et puis j’ai repensé un peu à sa filmo, à des films comme Les Goonies, Hollow Man, Mimic, Planète Terreur,… yep, en fait j’aime bien cet acteur ! Restait toujours le problème du physique, puis j’ai trouvé cette photo sur la toile en préparant mon article et, comment dire… ouais, ça peut le faire ! Arrachez un peu de sa peau et mettez lui un oeil bionique rouge, vous verrez !

Rien n’est néanmoins encore sûr pour l’instant, puisque rien n’est signé, mais ça m’a l’air d’être un choix pas trop mal pour remplacer notre Arnulf qui risque sacrèment d’en vouloir à Brolin. Car celui-ci reprendrait son rôle fêtiche (c’est sa faute aussi, à Arnulf !) et incarnera prochainement, en plus, le président Bush pour Oliver Stone (devenir président des states à toujours été un rêve pour Schwarzy, c’est de notoriété publique). A suivre.

Autre petite news : McG a annoncé que, contrairement aux rumeurs, le personnage de John Connor aura bien un rôle central dans ce quatrième volet de la saga Terminator. Et qu’il sera bien interprété par Christian Bale… FUCK YEAH !!! 

12345