30 Jours de nuit

30daysofnightfr.jpg

 « Barrow, Alaska. La ville la plus au nord des USA s’apprête à affronter la nuit polaire, la disparition complète du soleil pour u mois éprouvant mais auxquels les habitants sont pour la plupart habitués. Pourtant, quelque chose cloche. Le shérif Eben (Josh Hartnett, qui n’a jamais été aussi bon) doit faire face à des actes criminels étranges : disparition des téléphones portables, mort de chiens,… En fait les signes annociateurs d’une arrivée imminente, celle d’une meute de vampires désirant se faire un petit festival de chasse et de ripaille pendant les 30 jours que va durer la nuit. Plus qu’une seule solution pour ceux ayant survécu au premier assaut : se cacher. Et attendre en espérant pouvoir un jour revoir le soleil…« 

Précédé d’une réputation plus que flatteuse (beaucoup de critiques crient même au chef d’oeuvre pur et simple), c’est avec des sentiments partagés que nous nous installons dans les sièges du cinéma. Parce que, premièrement, nous avons la quasi-certitude que nous allons voir un pur film. Et, deuxièmement, parce que l’on redoute de se chier dessus de peur. A la fois plein d’assurance et d’angoisses.  And you know what ?… I’m happy! J’suis happy parce que ce film, aussi rare que cela puisse sembler, n’a pas de défaut apparent. C’est vrai, j’ai beau y réfléchir, il n’y a rien de regrettable sur ses deux heures de durées. Bon, on pourrait probablement bien trouver 2, 3 petites choses (ça dépend des points-de-vue) mais, moi, je ne vois pas lesquels (ah si, quand même, il y a la gestion peu concluante du temps, avec des ellipses dont on ne ressent jamais vraiment les effets, mais ce n’est vraiment pas grand chose).

Parce que 30 Jours de nuit est vraiment une pure bombe. Clair, simple et net. Ça vous saute aux yeux dès ses premières images, d’une beauté plastique tout bonnement hallucinante. Et ça continuera tout du long, démontrant sans fard à quel point la réalisation de David Slade est à la fois réfléchie, généreuse et tripante. Aussi maîtrisée que celle de son premier long, Hard Candy, mais avec cette fois un sujet lui permettant des excès plus que réjouissants. Il faut ainsi voir la première attaque des vampires sur la ville - un monument de barbarie chaotique que le réal nous présente dans un long traveling en plongée au-dessus des rues – pour comprendre le plaisir que procure ce film, la vigueur qui l’anime. /Ne l’écoutez pas il dit n’importe quoi !!!/* Il vous fait peur, vous électrise. Vous envoie à la gueule une direction artistique brutale (le look des vampires) et glacée (les décors, très originaux), inspirée par un comic déjà génial mais qui se voit ici encore transcendé.

Mais là où l’adaptation fait très fort vis-à-vis du comic c’est en exacerbant encore davantage la bestialité des vampires, les présentant comme une meute d’animaux voraces et déchaînés. Seul dénote dans cette approche le chef de meute, capable de parler (mais dans une langue étrangère la plupart du temps), et une gamine bien stressante (même si c’est dommage qu’elle parle, justement) mais, pour tous les autres, ils se contentent de pousser des cris à vous glacer le sang. Un traitement qui simplifie un peu la façon de nous les présenter (pas besoin de s’élargir sur leurs motivations) mais qui, loin d’être une tare, permet au contraire de préserver leur impact tout en se laissant la place aux victimes d’exister. Et ça, le scénario le fait très bien, avec une concision et une efficacité qui forcent le respect, en quelques lignes de dialogues bien senties. Le plus étonnant êtant peut-être la capacité qu’a le film de rendre vivantes les scènes où les survivants se cachent et attendent le retour du soleil, des scènes qui auraient pu ralentir le rythme mais qui n’en font rien, la tension et la peur étant toujours palpables.

30 Jours de nuit, avec toutes ses qualités évidentes et jouissives, s’est donc vu élever au rang de films cultes comme The Thing par nombre de critiques… bah ouais, vous avez raison les gars. 30 Jours de nuits, c’est juste un putain de chef d’oeuvre ! Avec un cadre et un traitement originaux, à la fois flipant et jouissif, le film s’élève aux côtés des classiques du genre, immédiatement. Et devrait y rester pour un long, très long moment !

* vous remarquerez qu’une phrase pirate s’est incrustée dans mon article, une phrase du fait de la fourberie de ma petite soeur. J’en ai été peiné, au début, car elle détone dans un texte jusque là brillant  et racé, profilé comme la lame d’un samouraï avec des pouvoirs psychiques (les pouvoirs psychiques, c’est cool). Et puis je me suis rendu compte que, finalement, ça incriminait plus son absence de lucidité que ça ne me gênait, donc je l’ai laissé. Gloire aux gens privés de conscience ! 

18856500w434hq80.jpg  18856503w434hq80.jpg  18856506w434hq80.jpg

11 Réponses à “30 Jours de nuit”

  1. mabataille dit :

    Hard Candy c’est pas l’affiche avec le petit chaperon rouge dans un piège à loup ?

    Sinon putain de film ouais.

  2. pitouwh dit :

    Ouais, putain de bon film.

    Et ouais aussi, c’est bien celui-là Hard Candy. Avec le petit chaperon rouge qui aime bien couper les choses qui dépassent…

  3. tiniere dit :

    vendredi matin je me suis decidee d aller voir un film qui fait peur,je n ai pas ete deçue!
    j ai eu peur super film seule critique on ne voit pas vraiment la notion temps qui defile soit 30 jours on peut penser que cela se passe en une nuit si se n etait pas precise mais aucune importance allez y!!!!

  4. mabataille dit :

    l’affiche t’as moyen de me l’avoir ?
    :D

  5. pitouwh dit :

    Je suis d’accord avec la femme blanche : allez voir ce film !

    Pour ce qui est de l’affiche, mabataille, j’verrai ce que je peux faire. Mais m’est d’avis que tu devras attendre qu’il sorte en vidéo-club…

  6. Sébastien dit :

    Ben j’ai pas trop aimé surtout la fin Héroïque de Josh Harnett ( je trouve ça nul )certes les vampires coupent tout et ça glique partout mas le fait qu’ils parlent
    bref à chacuns ses gouts il en faut ^^

    Dernière publication sur Cinéma, Séries : Django Unchained, le making-of !! V.O

  7. pitouwh dit :

    On va dire ça, ouais… ça m’évitera d’avoir à lancer un jihad contre toi…

  8. Sébastien dit :

    ah non arrête là
    le vieux truc qu’il nousfait j’en ai ri dans le cinéma mais le film est à voir ^^ puis tu peux l’envoyer je suis supr guerrier mdrr

    Dernière publication sur Cinéma, Séries : Django Unchained, le making-of !! V.O

  9. pitouwh dit :

    Par la barbe d’Allah, tu l’auras voulu !

  10. Mathilde dit :

    Bof bof ce film, la fin est belle mais sinon je trouve que l’on s’ennui vraiment!

  11. pitouwh dit :

    Mais… mais… mais est-ce qu’on a tous vu le même film ou quoi ?!

Laisser un commentaire