Je suis une légende

iamlegend.jpg

« 2012. L’humanité a été rasée par un nouveau virus, mutation d’un remède miracle contre le cancer ayant transformé de nombreuses personnes en créatures nocturnes et voraces. Seul a survécu à la pandémie Robert Neville (Will Smith), scientifique militaire mystérieusement immunisé dont le quotidien – dans un New-York dévasté – s’organise autour de la survie de l’espèce humaine et la sienne, physique comme mentale. A la recherche d’un remède pouvant guérir la maladie, le survivant est sur le point de le trouver mais le temps manque car les mutants se font de plus en plus agressifs… et de plus en plus malins…« 

On l’a attendu ; on l’a vu ; et il a vaincu ! Autant le dire tout de suite, Je suis une Légende est un excellent film qui satisfait à tous les espoirs que l’on avait placé en lui ! Préparez-vous donc à un festival de streums bien haineux et speeds ; à des scènes de flippe bien stressantes (la lampe torche, c’est  toujours efficace) ; à de l’action avec plein de « kaboom », de « tac-tac-tac » et de « run ! » dedans ; à une vision post-apocalyptique du monde de toute beauté ; et, enfin, à un scénario d’anticipation exploitant des ficelles bien connues mais d’une façon si dynamique et efficace que ça en devient presque une re-découverte. On pourrait alors regretter que le thème de l’ « humanisation » des mutants ne soit pas un peu plus traité mais, puisque cela permet de conserver intacte leur dangerosité (et dangereux, ils le sont, croyez-moi) tout en offrant à l’histoire des horizons tout aussi efficaces à leur manière, pourquoi se plaindre ?

Car Je suis une Légende est aussi une péloche sincère, avec du coeur, prenant le temps de mettre en place son ambiance écrasante. Et c’est là peut-être la plus grosse surprise de ce film qui ne se pose pas uniquement comme un blockbuster tripant, celle d’être en même temps un film souvent émouvant. Un performance due en grande partie à celle de Will Smith, vraiment convaincant dans le rôle (oui, il m’a rabattu mon cacquet), mais aussi à une caméra qui ne cesse de l’écraser avec des plongées vertigineuses, de l’isoler dans des décors gigantesques. La solitude de Robert Neville est palpable dans ce film et, lorsqu’elle est mise à l’épreuve, on le ressent de façon d’autant plus cinglante, douloureuse, à l’égale de ce qu’il doit ressentir face à son combat désespéré et obsessionnel. Celui d’un homme voué au sacrifice, comme le démontre à son terme la très belle scène de chasse au tout début du métrage. Celui d’un héros simplement humain.

Un film qui plaira donc autant aux geeks (quelques clins d’oeil assez énormes nous sont adressés, comme cette gigantesque affiche teaser avec les logos de Superman et Batman superposés : les frères Warner auraient-ils quelque chose à nous avouer ou juste ils se foutent de notre gueule ?) qu’aux cinéphiles ou usagers occasionnels, tant Je suis une Légende parvient à faire mouche sur tous les tableaux. Un film d’anticipation aussi intelligent qu’efficace, aussi complet que pouvait l’être I, Robot (le moins qu’on puisse dire c’est que Will Smith cartonne sévère dans le genre) et qui confirme tout le bien que laissait supposer Constantine quant aux talents de Francis Lawrence, désormais réalisateur à suivre avec assiduité. Et si certains critiqueront peut-être la nouvelle fin, plus optimiste que l’originale, il n’en demeure pas moins que l’important est malgré tout là et bien là : Robert Neville est réellement une légende…

iamlegend13.jpg  iamlegend4.jpg  iamlegend11.jpg

11 Réponses à “Je suis une légende”

  1. mistersweet dit :

    J’ai vu le film aujourd’hui, j’ai trouvé la première partie originale et bien pensée, mais le film bascule ensuite dans du déjà vu, c’est dommage mais le film reste plutôt original sans être révolutionnaire!!

  2. mabataille dit :

    /!\ alerte au spoil /!\

  3. pitouwh dit :

    Pas révolutionnaire, c’est vrai (très peu de films peuvent se targuer de cela), mais carrément mortel ! Qui plus est, il est difficile de faire du révolutionnaire avec une histoire aussi souvent traitée mais comme celui-ci offre une variation plus qu’excellente… voilà, quoi : foncez au ciné !

    Et je spoile si j’veux, monsieur mabataille, même si je pense ne pas l’avoir fait ici (ou alors pour les personnes n’ayant jamais entendu parler de ce film, mais là j’y peux rien)

  4. DarkRikku dit :

    J’ai été déçue à moitié :p

    Déçue parce qu’on retrouve toujours un Will Smith dégoulinant de sentiments de culpabilité et d’amour (cf I robot) mais contente de le voir à nouveau en train de faire son sport >.

  5. DarkRikku dit :

    putin mon message beug encore

    J’ai été déçue à moitié :p

    Déçue parce qu’on retrouve toujorus un Will Smith dégoulinant de sentiments de culpabilité et d’amour (cf I robot) mais contente de le voir à nouveau en train de faire son sport >.

  6. pitouwh dit :

    C’est bizarre que ça bug comme ça, et tu es en plus la seule personne pour qui je ne reçois pas de mail d’avertissement lorsque tu mets un com’ sur mon blog. Pourtant tu sais te servir d’un ordi, non ?

  7. darkrikku dit :

    grrr
    C’est celui de Père qui déconne !!! >.

  8. pitouwh dit :

    Mais dis-moi, t’as pas aussi un ordi dans ta chambre ? A tout hasard ?

  9. Ce film est une ellipse. Les trois ans passées entre la création du virus et le temps de l’action sont suggérées sur le visage du héros. Dans ses yeux on lit l’horreur de ce qu’il a vu… Inutile d’en montrer plus.

    cordialement

    Dernière publication sur °°° Les Alternatives Popmodernes : LES ALTERNATIVES POP 2

  10. snaven dit :

    Je plussoie, excellent film qui rejoint les rangs des réussites du blockbuster. Will Smith m’a soufflé, prestation haut de gamme.
    Le message du film sur la foi est par contre assez étrange, mais bon…

    Dernière publication sur Guide Approximatif Rédigé par un Geek Lobotomisé : https://opalescenceprogrammee.wordpress.com/

  11. pitouwh dit :

    Will Smith est excellent, y a rien à redire. Par contre, c’est quand même bien de montrer un peu ce qui a mené à tout ça, parce que c’est toujours sympa de voir une foule en panique. J’aime bien quand ils pleurent et hurlent…

    Le message sur la foi, ouais, on s’en serait bien passé. C’est un peu comme la clope dans Constantine, mais puisqu’il y a des trucs énormes à côté… allez, on voit le verre à moitié plein ! Soyons fous !

Laisser un commentaire