Stardust

stardust.jpg

 « Dans un petit village anglais du 19ème siècle, nommé « Wall » en raison de l’antique muraille qui borde un de ses côtés et que jamais personne ne franchit, le jeune Tristan tente de s’attirer les faveurs de la plus belle fille des environs. Candide et aveugle, celui-ci ne voit pas la façon qu’elle a de se jouer de lui et fait donc encore moins le poids face à un autre préténdant, « meilleur parti » en tous points. Pour compenser ce manque et impressionner sa belle, Tristan lui promet alors de lui ramener l’étoile filante qu’ils ont vu tomber ensemble, même si celle-ci est perdue de l’autre côté du mur que jamais personne ne franchit… dans le royaume de Stormhold, un univers parallèle où les étoiles filantes deviennent de jeunes filles pour lesquelles se battent sorcières, princes et pirates de l’air. Et Tristan…« 

Adapté d’un roman de Neil Gaiman (De Bons présages, American Gods mais aussi les scénarios de Mirrormask et du Beowulf à venir… oui, je dirai qu’il « touche un peu sa bille », pour sacrifier au langage de l’époque), on pouvait décemment s’attendre à ce que l’histoire de ce Stardust tienne la route, en se montrant aussi originale qu’inventive avec la résurrection de figures classiques de la culture populaire passant par le prisme d’un humour tout ce qu’il y a de plus anglais. Et c’est le cas, vraiment. Partir aux côtés de Tristan à la découverte du monde de Stormhold est donc un réel plaisir tant le scénario multiplie les influences et les tons, passant des traditionnelles sorcières en quête de l’éternelle jeunesse aux pirates de l’air directement inspirés des mangas et jeux vidéos. Un mélange des genres offrant une galerie de personnages aussi iconoclaste que rafraîchissante (mention spéciale aux 7 princes qui s’entretuent pour régner et se retrouvent après, en fantômes, à observer la suite des évènements), le tout étant rendu cohérent par le coeur du film, la relation de Tristan avec Yvenne, l’étoile tombée du ciel, et qui jamais ne tombe dans les excès « eau-de-rosesque ».

Chacun cherchant l’étoile pour une raison bien particulière, le scénario multiplie donc les points de vue et garde ainsi un rythme constant où jamais ne point l’ennui, ce qui implique aussi une certaine maîtrise au niveau de la réalisation qui devra lier ces éléments visuellement. Et, excellente surprise/révélation, Matthew Vaughn assure carrèment de ce côté-ci ! Connu pour avoir été producteur (les films de Guy Ritchie) puis réalisateur d’un petit polar « bien sans plus » (Layer Cake), le monsieur ne semblait pas forcèment avoir un goût prononcé pour le fantastique, encore plus en ce qui concerne les univers de fantasy, mais c’était là une grosse erreur quand on voit la façon dont son travail se partage entre simplicité et sophistication, avec une ampleur épique dans certains mouvements de caméra que soutient encore une bande-originale magnifique, puissante et harmonieuse. On ressent comme une certaine délicatesse dans la réalisation, une élégance qui donne au film la forme d’un conte moderne et stylisé. Une illustration parfaite du travail de Neil Gaiman, en somme.

Stardust est donc réellement un excellent film, une vraie bonne surprise qui mérite une place de choix parmi les chef d’oeuvres de la fantasy. Avec une histoire intelligente qui multiplie les émotions comme les bonnes idées (le combat avec la poupée vaudou, énorme), le second film de Matthew Vaughn est donc une valeur sûre pour tous ceux en quête d’un peu de magie en cette fin d’année. Il m’a même donné envie de voir son prochain film, l’adaptation du comic « Thor », alors que je trouve ce super-héros tout naze… c’est dire !

stardust29.jpg  stardust21.jpg  stardust33.jpg

3 Réponses à “Stardust”

  1. Les films d’époque en costume d’époque avec histoire d’époque ou Histoire tout court, j’accroche pas (je sais, j’aime pas grand chose !). Je n’arrive pas à tenir… même avec un peu de mystère, ça ne m’accroche pas !

    Dernière publication sur Interprétation des films d'animation : SOLDES D'été

  2. tiniere karine dit :

    ce film est etonnant je ne comprend pas qu il n y ai pas trop de pub,c est beaucoup de moyens de l humour du rythme bref j ai beaucoup aimé!

  3. pitouwh dit :

    à filmsdanimation : non, non, Stardust n’est absolument pas un film historique ! Je me suis peut-être mal exprimé, mais c’est un vrai film de fantasy, avec un univers de merveilleux et de magie, un peu comme Narnia et consorts mais en mille fois mieux ! Je ne saurai donc que trop te conseiller de tenter l’aventure, car tu ne le regretteras pas !

    à mi madraza : yeah ! Moi aussi je kiffe ce film ! Et il mériterait vraiment d’être vu par le plus grand nombre !

Laisser un commentaire