Archive pour septembre, 2007

Un peu d’animation

19 septembre, 2007

Le Dr Seüss a écrit nombre de livres pour enfants (Le Grinch qui vola Noël, Le Chat chapeauté) qui sont autant d’adaptations potentielles, ce dont Hollywood ne se prive pas de faire avec sa façon caractéristique de s’accrocher à une manne possédant déjà un public (voir le boom des adaptations de comics). Ce coup-ci, il s’agit de Horton hears a Who, film d’animation 3D produit par la Fox et créé par son studio BlueSky (l’Age de glace).

Bon, il est vrai que les livres du bon docteur visent vraiment un jeune public (ce sont des ouvrages éducatifs avant tout, moralistes même), mais cette histoire d’un éléphant voulant aider les habitants d’un grain de poussière (les « Who », ou « Chous » en vf comme dans Le Grinch où ils vivent dans un flocon de neige) (…oui, le bon docteur était aussi porté sur l’opium) pourrait faire la surprise si ses deux acteurs principaux imposent un peu de leur humour au film : j’ai nommé Jim Carrey et Steve Carell !!! Si ça c’est pas d’la belle affiche !!!

Image de prévisualisation YouTube

A trop tirer sur la corde…

18 septembre, 2007

On nous avait prévenu, pourtant, que notre mode de vie allait finir par causer notre mort, à force de ronger les ressources de la planète tout en la piétinant copieusement (voir l’affiche très sympa du docu The 11th hour). Mais voilà, on fait la sourde oreille. Et puis on se dit que, même si cela devait arriver, tout serait fini très vite. La planète fait en général du bon boulot, du bon gros tsunami efficace. Sauf que, pas de chance, ce n’est pas la théorie de The Last Winter, un film d’horreur à sortir prochainement. Et qui nous dit que le réchauffement global, eh bah on va bien le payer !

lastwinter.jpg

Ron Perlman y incarne un exploitant pétrolier installé dans l’Arctique et qui , malgré les recommandations d’un écolo présent sur les lieux, refuse de freiner son exploitation, entraînant une détérioration de la nature environnante. Jusqu’à ce que, bientôt, des plaies de la glace surgissent des esprit ivres de vengeance…

Ça a donc l’air plutôt pas mal, surtout pour la petite ambiance à la The Thing qui rappelera de bons souvenirs à tous ceux qui ont flippé devant ce film (un des plus terrifiants jamais fait, m’est d’avis) plutôt que pour le côté « horreur contestataire » qui fait un peu trop simpliste pour un film fonctionnant au 1er degré (dans The Tripper, par exemple, cela pouvait passer car il s’agissait de 2nd degré). Toujours est-il que les monstres/fantômes ont l’air d’avoir un design assez original, ce qui est un bon point, et qu’il y a Ron Perlman dedans, ce qui est un très bon point. A voir, donc, en espérant que ça nous fera réfléchir et changer les choses (et, en même temps, si Une Vérité qui dérange n’a pas réussi…).

Image de prévisualisation YouTube

Grosse news pour le Geek Show !!!

18 septembre, 2007

Eh oui, comme il y avait pas assez de news intéressantes sur la toile, j’ai décidé de me les fabriquer ! Il y a déjà eu l’article avec des affiches de cinéma et, en encore plus auto-fabriqué, voilà la création d’une nouvelle catégorie sur le blog : « Travaux persos »… J’y mettrai, petit à petit, l’ensemble de la filmographie de la célèbre boîte de prod ToomStars, une association à but non-intellectuel et qui produisit quelques perles cinématographiques que je me décide enfin à mettre sur la toile…

Je m’étais promis de ne pas pleurer… mais voilà, ces films, ce sont un peu comme nos bébés (sauf qu’ils sont plus propres et distrayants qu’un bébé) et là c’est un peu le moment de couper le cordon… Bon, j’espère au moins qu’ils vous feront bien rire. Peut-être aussi que, par la suite, je mettrai en ligne mes écrits. Mais rassurez-vous, le Geek Show restera le rendez-vous incontournable de tous ceux qui aiment le cinéma ou qui veulent le descendre, de tous ceux qui veulent lire ou qui ont des choses à dire,…

Et parce que ça va me prendre un certain temps pour faire cela, je me propose de vous faire patienter avec un petit teaser pour le deuxième film de la série-phare de ToomStars, The C-Files : First Case. Enjoy !

Image de prévisualisation YouTube

V’là t’y pas qu’le ciel s’remet au gris…

18 septembre, 2007

Oui, j’ai mis ce titre parce qu’il y a une fenêtre à côté de mon écran et que je ne savais pas quoi écrire. Comme quoi, des fois, l’inspiration n’est pas très loin… et pas de très bonne qualité non plus, faut avouer. Mais sans rapport avec cela, je me propose de vous divertir et d’égayer ce site (parce que question news, je trouve qu’il y en a pas des masses en ce moment) avec quelques affiches fort jolies tout plein de films à venir. Comme ça, rien que pour vous, c’est cadeau !

Si, si, j’insiste, ça me fait plaisir !

Le Monde de Narnia : Le Prince Caspian

narniaprincecaspian.jpg

Plutôt cool, hein ? Avec l’épée qui fait du bling-bling et le « gros ‘nion » (car Aslan a mauvais caractère) dans le fond, je trouve que ça le fait pas mal… ça fait quoi, je ne le sais pas, mais ça le fait très bien malgré tout !

3h10 pour Yuma

 3h10toyuma1.jpg

Bien cool aussi, avec une petite touche western spaghetoche des 70′s qui lui va plutôt bien au teint. Mais je préférais quand même la première affiche. C’était mieux avant…

Mutant Chronicles

mutantchronicles.jpg

Alors celle-la, comme elle déchire sa mère ! Je sais pas grand chose sur ce film, juste que ça parlera d’une guerre avec des E.T belliqueux sur une Terre rongée par l’humanité, et qu’il y aura Ron – Hellboy – Perlman et John – Dans la peau de John Malkovich – Malkovich dedans. En tout cas, une affiche comme ça, ça fait grave envie !

The Comebacks

thecomebacks.jpg

Alors là, je vois vraiment pas pourquoi j’ai mis cette affiche, parce que tout ce que je connais de cette parodie des films sportifs, je le tiens d’une bande-annonce qui n’était vraiment pas terrible. Ce qui m’a, logiquement, donné une mauvaise impression du film. Je ne m’explique donc vraiment pas sa présence ici… ça doit être un coup de TF1…

Voilà, je vais m’arrêter sur cette note colorée. La suite à une prochaine période de vaches maigres ! Et Dieu bénisse chacun d’entre vous !

Ne laissez pas les hommes en blanc entrer chez vous…

16 septembre, 2007

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un film qui n’a pas du tout l’air fendard mais, au contraire, diablement éprouvant : Funny Games (oui, il y a ‘funny » dans le titre, mais c’est trompeur). Remake d’un film autrichien sorti en 1998 et dont le réalisateur, Michael Haneke, reprend les rênes pour la version hollywoodienne, Funny Games raconte la descente en enfer d’une famille qui laisse entrer chez eux deux jeunes hommes qui vont les séquestrer, les torturer et plus si affinités. Tout ça pour s’amuser… Si ce résumé pourrait donner à penser qu’il s’agit d’un film dans la mouvance de Ils et du prochain The Strangers, cela est trompeur car il faudra plutôt chercher du côté du tendu Hard Candy pour se figurer le ton de la péloche. Autant dire que ça va être froid, cruel et malsain ! On attendra donc pour connaître le sort que les deux malades réservent à Naomi Watts et Tim Roth (je n’ai pas vu l’original, même si j’ai bien une petite idée de la façon dont cela finit avec l’annonce sur l’affiche d’origine) et, en attendant, je vous propose cette bande-annonce plutôt pas mal (j’adore l’opéra de Casse-Noisette) :

Image de prévisualisation YouTube

The Tripper

16 septembre, 2007

thetripper.jpg

The Tripper est le deuxième film de David Arquette (l’officier Deeway de la série des Scream) avec la casquette de réalisateur. Ce qui aurait pu nous faire craindre le pire (n’ayant pas vu le premier). En effet, acteur et réalisateur ne sont absolument pas le même métier, et le fait que le premier endosse le statut du second pourrait fortement paraître comme étant un caprice de « star ». Seulement, voilà, il existe des précédents de comédiens passant derrière la caméra et dont l’expérience c’est révélée être une sacrée réussite. Il n’y a, par exemple, qu’à regarder Mel Gibson – dont le dernier opus, Apocalypto, est une vraie bombe – pour s’en convaincre. Alors, pourquoi ne pas laisser le bénéfice du doute à David Arquette ? Surtout quand on le voit autant impliqué dans le projet, ajoutant en sus du poste de réalisateur ceux de scénariste, producteur et même comédien dans un petit rôle, parce que l’on ne se refait pas. Et quand, en plus, il s’agit d’un film d’horreur indépendant, un slasher ayant l’air assez marrant, eh bien on acceuille la chose avec la plus grande curiosité.

On assiste donc dans The Tripper à un festival hippie, façon « Woodstock à l’arrache dans les bois », et où un petit groupe de jeunes va voir le nombre de leurs relations réduit par l’arrivée d’un boogeyman sérieusement énervé par ces sales fumeurs de joints. Rien de nouveau sous le soleil, comme ça, sauf que ce sont le ton du film et son tueur qui vont faire la différence, la petite note d’originalité qui va faire plaisir. A savoir que David Arquette est un homme de gauche convaincu, assez porté sur l’humour, et qu’il a donc fait de son bad-guy un fier représentant de la droite dure américaine. Ce qui offre une approche un peu différente des canons du genre où le tueur s’en prend aussi à tout ce qui est jeune, sexué et défoncé, mais de façon implicite. Ici, on est en plein dans l’explicite, avec un boogeyman arborant fièrement les attributs d’un ancien président des Etats-Unis, le très libéral Ronald Reagan (un autre acteur qui a choisi de changer de métier, mais en moins bien là) et dont la haine des hippies devient chez « Ronnie » un facheuse habitude à les trucider. On regrettera seulement que cette caractéristique ne soit pas totalement respectée dans le film, le tueur allant jusqu’à hacher un républicain pur jus. Mais comme c’est l’occasion d’une blague énorme… allez, passons ! Parce que sinon, cette idée en apporte plein de petites autres très réjouissantes, souvent très marrantes, et que cela constitue chez « Ronnie » un background qui ne manque pas de sens, faisant de lui l’enfant d’un univers rude où les politiciens bien propres sont comme des soleils dans la lucarne de la télévision, éclipsant l’horreur d’autres images (celles du Viet-Nam) sans néanmoins les faire complétement disparaître.

On a donc là un boogeyman bien stylé,à la fois politisé et grotesque, mais cela suffit-il à faire un bon slasher ? Parce que l’on ne peut pas vraiment dire que le film fasse peur, ça non. Ni même qu’il soit réellement gore. Ou bien que le scénario, dans ses grandes lignes, sort des ornières du genre. Et puis certaines scènes de trip hallucinatoire adoptent un look piqué aux cinéma beatnik des 60/70′s qui fait un peu tâche, trop flashy. Alors, qu’est-ce qu’il reste ? Eh bien, plein de choses, à commencer par un casting qui donne vraiment l’impression d’être à la cool, même Thomas – Punisher - Jane dans le rôle d’un shérif autant stéréotypé que sympathique. Sans oublier Jason Mewes, le Jay du culte Jay et Silent-Bob Contre-attaquent, méconnaissable dans un emploi plus discret que ce à quoi il nous avait habitué mais à qui revient, malgré tout, la meilleure blague du film (vous verrez, c’est énorme). Un autre point positif serait la réalisation de David Arquette qui se permet quelques libertés, quelques expérimentations bien senties (si l’on fait exception de certains passages hallucinoïdes discutés plus haut) et qui démontrent, si ce n’est du talent, au moins une certaine application dans la mise en scène.

En fait, il ne faut pas chercher dans The Tripper les signes d’un quelconque chef d’oeuvre ultime, ni même ceux d’un modèle du genre, car ce serait se fourvoyer et passer à côté de ce que le film est vraiment, à savoir une petite péloche bien fun et ultra-fendard. Loin de la mouvance des films « ultra-violents » comme Saw et autres Hostel, The Tripper n’a donc d’autre objectif  que de divertir, un peu à l’image du Horribilis de James Gunn. Une petite série B efficace et sincère, aussi sympathique que prometteuse, voilà ce qu’est en fait le deuxième film de David Arquette. Et c’est déjà pas mal ! 

Pour ceux qui ont le coeur bien accroché

14 septembre, 2007

En passant, comme ça, voici un nouveau petit trailer de Saw 4 et qui est 1000 fois mieux que le précédent. Déjà, parce qu’il y a un semblant d’intrigue. Et puis, en deuxième, parce que c’est sacrèment gore ! Si vous ne me croyez pas, allez voir par vous-même !

Si vous l’osez…

Image de prévisualisation YouTube

L’homme de fer… sans fauteuil roulant

14 septembre, 2007

Ce premier trailer pour le film Iron Man est sur la toile depuis le début de la semaine, mais je n’avais pas pu le voir pour cause de grave crise de quicktime (ah, Windows Vista… enculé). Heureusement que You tube est là et en plus, comme ça, je peux partager cela avec vous ! Mais partager quoi, en fait ?

ironmanteaser2.jpg

Parce que j’ai beau ne pas être fan de ce super-héros, il faut quand même avouer que son film avait de quoi émoustiller mon instinct de geek. Un justicier. Un justicier en armure. Un justicier en armure robotique. Voilà, ça me suffit. Et puis le rôle-titre est tenu par l’excellent Robert Downey Jr., un acteur très « humain » qui pourrait bien donner un certain relief à ce rôle. Qui se retrouvera en plus à affronter Jeff Bridges, un des acteurs les plus cools au monde pour avoir incarner le seul et unique Duc.

Et alors, quid de la bande-annonce ? Eh bah, Iron Man est plutôt réussi. Il y a l’air d’y avoir de l’action, de la bonne castagne comme on l’aime. et il y a la musique de la bande-annonce de Spider-man (ce qui ne vaut pas grand chose, mais comme elle tape bien…) ! Seulement voilà, j’ai peur que le discours du film soit un peu trop, comment dire… américain ? Entre le vendeur d’arme qui fait des blagues (je ne suis pas sûr que ce soit fait avec le cynisme de Lord of War) puis le super-héros qui désoude de méchants terroristes qui ont l’air d’être nés avec un turban sur la tête (Hollywood et les clichés, toute une histoire), tout ça ne fleure pas très bon. Il faudra donc « wait and see », comme disent ceux du Tennessee…

Image de prévisualisation YouTube

123456