Blades of Glory (Les Rois du patin)

bladesofgloryposter0.jpg

« Parce qu’ils se sont méchamment foutus sur la gueule lors d’une remise de médailles aux J.O., deux patineurs rivaux se voient retiré leur médaille d’or « ex-aqueo » ainsi que leur licence de patinage en solo. Plongés en disgrâce, chacun disparaît de la scène publique pour sombrer dans l’anonymat. 3ans 1/2 plus tard, les deux patineurs se retrouvent par hasard et, après s’être de nouveau méchamment foutus sur la gueule, s’apperçoivent d’une faille dans le jugement du comité de patinage : ils n’ont plus le droit de patiner en solo, mais rien ne leur interdit de le faire en duo ! Et les nouveaux J.O. étant proches, il ne leur reste plus qu’une solution : faire un couple homme/homme pour enfin remporter cette foutue médaille d’or !« 

Will Ferrell est un acteur étonnant à plus d’un titre. Déjà, il a une drôle de gueule, entre la brute des bois et le cocker larmoyant. Et il a un putain de talent pour la comédie, parce qu’il sait jouer de cette faculté faciale. Pas comme un Jim Carrey qui fait des grimaces (ce n’est pas péjoratif : je bénis Jim Carrey pour Ace Ventura et The Mask et pleins d’autre chaque jours que « Jim Carrey » fait), mais avec une subtilité toujours sur le point d’exploser. Et quand ça explose… mon « Jim Carrey » ! Que c’est drôle ! Dans Blades of Glory, son rôle du macho-man Chazz est donc un modèle de bêtise et de testostérone à l’américaine, une brute à paillettes et dont les mains lancent des feux d’artifices. Grandiose. Il faut le voir aussi lors de sa décadence et de la désormais scène culte du costume de sorcier. Vous verrez, c’est énorme. Will Ferrell est donc un des grands comiques américains actuels, sur qui peut quasiment se reposer le film pour réussir à nous faire rire (et il y réussit très bien).

Mais ce serait trop simple, car Will Ferrell, aussi génial qu’il soit, ne l’est jamais autant que lorsqu’il est confronté à un ou plusieurs autres acteurs de sa trempe (ça se vérifie très vite : mettez-le face à Nicole Kidman et vous obtenez Ma sorcière bien-aimée, cqfd ipso facto taratata). L’homme en charge de cela ici est Jon Heder, un quasi-inconnu dans l’hexagone alors qu’il est devenu une des nouvelles stars de l’humour aux states avec un seul film, Napoleon Dynamite. Ou l’histoire d’un nerd de l’extrême, ces types qui ressemblent à ce qu’était Bill Gates avant d’être riche (et aujourd’hui encore, d’ailleurs). Jon Heder est ainsi un acteur qui a un certain talent dans le registre de la « crevette qui s’écrase », ce qui fait du rôle de petit blondinet propret de Blades of Glory un emploi parfait pour lui, car il parvient à la fois à s’imposer et à mettre en valeur son partenaire (et réciproquement).

Blades of Glory jouit donc d’un duo d’acteurs vraiment excellents et qui font de ce film une perle de comédie, à la fois pure et complètement barrée. Mais plus encore, c’est une comédie qui parvient à surprendre en allant plus loin que les autres, car là où un film classique aurait pu s’arrêter (les 2 adversaires réussissent à devenir potes et à gagner une compèt’ en duo), cela correspond à peine aux trois premiers 1/4 d’heures de celui-ci. L’intrigue se relance, part sur de nouvelles choses, s’étoffe et permet aux héros de nous lâcher quelques autres blagues bien bonnes. Un modèle d’écriture que l’on peut sans prétention mettre entre Zoolander, Dodgeball et La Légende de Ron Burgundy.

Je n’aurai donc qu’un seul mot d’ordre : à la fin octobre de l’année 2007 après J.C. (oui, « J.C. » pour « Jim Carrey »), patinez jusqu’au cinéma le plus proche de chez vous (et qui passe ce film, sinon ça va pas le faire) et payez dûment votre place pour remercier un peu ces braves gens d’Hollywood de nous faire tant rire. Merci l’artiste ! 

4 Réponses à “Blades of Glory (Les Rois du patin)”

  1. veilleur dit :

    salut je vous propose un echange de lien entre nos blog
    merci

    Dernière publication sur reflexions de nuit : ma réflexion

  2. pitouwh dit :

    Salut ! J’ai été voir ton blog et je suis désolé, mais son contenu ne colle pas trop avec le mien. Ca ferait un peu trop hors-sujet. Si ton blog avait vraiment été un journal sur les réflexions nocturnes d’un veilleur de nuit, avec des textes sympas et tout ça, là je dis pas (ne serait-ce que pour le potentiel d’originalité que cela représente).

    Désolé donc encore une fois et bon courage pour ton blog (je sais que c’est du boulot) !

  3. Mathilde dit :

    Passionnée de patin à glace je me suis vraiment fait c… devant ce film. C’est grotesque, on rigole pas à part quelques répliques mais on les compte sur les doigts de la main!

  4. pitouwh dit :

    Si tu y allais pour voir du patinage, qui plus est artistique, alors oui c’est sûr que t’as dû être déçue.

    En revanche, je te trouve dur parce que le film est à mourir de rire. Will Ferrell, quoi ! « What ‘re you gonna do with all dat junk ? All dat junk on my lady hamp ? » : irrésistible.

    Faut voir le film en v.o, en tout cas.

    (oh, et la scéne du vomi dans le costume ! Enorme !)

Laisser un commentaire