Mort d’un collectionneur

Il n’y a rien, au monde, de plus merveilleux

Qu’une étagère bien remplie, joliment fournie,

Avec des livres, des cd et des panpan-zizis.

Oui, il n’y a rien, mais vraiment rien, de mieux.

 

Sauf qu’avec le temps, tout se perd,

Et, cela, sans compter la poussière !

Ce qui doit donc arriver, arrive,

Aussi sûr que le voisin s’appelle Yves,

Et, bientôt, l’étagère flanche.

Et, après, se casse la planche.

 

En une chute vertigineuse

Tombent sur moi mes possessions honteuses.

A trop vouloir en avoir, à trop collectionner,

Je finis ainsi par croûler sous ma cupidité.

4 Réponses à “Mort d’un collectionneur”

  1. tiniere karine dit :

    he bien tu avais une envie de menage?
    et devant l ampleur de la tache tu as prefere ecrir ce pamphlet?
    tres beau d ailleurs!
    Alors courage! le pinceau et le chiffon te tendent les mains au dessus de ta tele!

  2. pitouwh dit :

    En fait, j’étais plutôt déprimé lorsque j’ai écrit ça, il faut plus le voir comme l’expression d’une certaine aliénation dûe à l’accumulutation d’objets qui constituent, petit à petit, mon propre tombeau. Joyeux, non ?

  3. Au fait, c’est quoi un panpan-zizis ??

    Dernière publication sur Interprétation des films d'animation : SOLDES D'été

  4. pitouwh dit :

    Un « panpan-zizis » est tout simplement un « zizis-panpan » que le verbe du poète a transformé pour ne pas trop s’emmerder à trouver une rime. Honte à lui.

    Et, alors, qu’est-ce qu’un « zizis-panpan » ? Eh bah, je ne sais pas. Je pense qu’on l’a tous su étant enfants, puis qu’on a oublié. Et il est même pas dans le Petit Robert…

Laisser un commentaire