Archive pour juin, 2007

A nouveau Batman, nouveau costume !

15 juin, 2007

Comme c’est à chaque fois le cas quand ils sortent un nouveau Batman, le Dark Knight aura donc une nouvelle garde-robe pour affronter cette fois-ci le Joker.

newbatmansuit.jpg

On reste bien dans l’esprit du précédent, avec le côté armure de samouraï futuriste, sauf que cette fois, grande nouvelle, Batman pourra tourner la tête ! Finie donc la gestuelle paraplégique des autres épisodes (remember Val Kilmer dans le Batplane) puisque le masque sera indépendant du cou et des épaules. Il leur aura juste fallu six films pour en arriver là !

Et tiens,  je viens de trouver ça sur le web : la voiture du Joker ! En espérant que ce ne soit pas un canular (parce que, en y réfléchissant, beaucoup de gens auraient pu faire cette photo) tant elle ne semble dans l’esprit du comic et aux antipodes de la Batmobile, mais en tout cas ça fait bien plaisir à voir ! 

darkknightpic02.jpg

Y a des robots dans mon quartier

15 juin, 2007

Je devrais faire une catégorie rien que pour les affiches de Transformers, tellement il y en a, mais je ne pouvais pas résister à l’envie de vous montrer celle-ci, que je trouve beaucoup plus réussie que la précédente (même si les humains sont encore là). Ça manque juste de la présence d’un méchant mais, vu comment elle est construite, j’imagine qu’il y a un autre pendant avec les vilains (ils l’ont déjà fait avec les profils d’Optimus et du bad guy/robot). Donc, here it is :

transformerssheet.jpg

Et pour ceux qui aiment les robots, les friands de mécaniques humanoïdes (oui, mabataille, c’est de toi que je parle), sachez que Dreamworks prépare actuellement un autre film sur le sujet, Dominion. Ou l’histoire d’un militaire qui devra prendre la tête du premier peloton constitué exclusivement de soldats robots… yummie ! 

La castagne des Hong-Kongais

14 juin, 2007

The Forbidden Kingdom, dont le tournage vient tout juste de commencer, est la rencontre de deux des rois de la baston à la chinoise, de la boxe de l’homme ivre, du coup de pied sauté qui décolle la mâchoire et du mawashigari qui te fait « regretter l’époque bénie où tu tétais le sein de ta mère » (spéciale dédicace). A ma droite, voici donc Jackie Chan, la soixantaine pimpante et champion toutes catégories de la cascade à regretter de ne pas avoir une assurance-vie. Tandis qu’à mon autre droite, voilà Jet Li, l’homme qui est et restera à jamais le meilleur Wong Fei-Hung, la classe ultime faite tenue blanche et queue de cheval. Et ces deux monstres sacrés du cinéma d’action vont jouer dans le même film, si, si ! Une telle rencontre, c’est ainsi un peu comme si Schwarzenegger et Stallone jouaient dans le même film, sauf que si c’est pour nous faire un Arrête… ou ma mère va tirer ! ou bien un Un flic à la maternelle, eh bah c’est pas la peine ! Alors, de quoi va parler ce Forbidden Kingdom ?

Ce sera tout simplement l’adaptation de l’une des plus fameuses légendes chinoises, déjà maintes fois adaptée mais jamais répétitive tant il existe de versions de ce conte, j’ai nommé Le Roi Singe ! Si ça c’est pas de la bonne nouvelle !… Vous y avez cru, hein ? Vient le moment terrible où la pression artérielle due à cette nouvelle retombe, avec l’annonce que le film sera produit par les américains… j’en entend pleurer et ils ont raison. L’histoire sera donc celle d’un kid ricain fan de kung-fu qui découvre l’arme légendaire du Roi Singe (le bâton magique de Son Goku) et qui se retrouve projetté dans le passé, en Chine, pour aider des guerriers à faire libérer le royal macaque (ceux qui pleuraient doivent maintenant être en train de se pendre). Si, en plus, on rajoute à ce tableau peu reluisant que le réalisateur est Rob Minkoff, l’homme derrière Stuart Little ou Le Manoir hanté et les 999 fantômes, on se demande ce qui peut bien passer dans la tête de certains (une balle, non ?) !

Bon, je vais essayer de tempérer un peu mon propos, sinon y en a qui risquent de faire une bêtise : Rob Minkoff, s’il semble complétement hors-sujet, n’est quand même pas un tâcheron (il a même réalisé au moins un chef d’oeuvre avec Le Roi Lion) et puis enfin merde, c’est tout de même la réunion de Jet Li et Jackie Chan dans un même film ! Rien que pour ça, j’irai le voir. Attendons donc et prions, mes frères : naminadabu, naminadabu, naminadabu,…

Et puis tiens, ça me fait penser à un truc : il s’est bien foutu de notre gueule, Jet Li, quand il annonçait que Le Maître d’armes serait son dernier film d’action en costumes (non pas que ça me dérange, loin de là). Vous allez me dire que, là, c’est pas pareil, c’est pas vraiment un film historique  et tout ça. Et vous aurez raison… pour The Forbidden Kingdom. Mais avez-vous entendu parler de The Warlords, son prochain film tourné en Chine ? Non ? Eh bien voilà la bande-annonce, rien que pour vous :

Image de prévisualisation YouTube

Ça a l’air brutal, hein ?  

Planete Terreur

13 juin, 2007

planteterreur.jpg

Autant Boulevard de la Mort était une purge infâme qui te brise les couilles dès ses premières minutes, autant ce Planete Terreur s’avère être un petit film sans autre prétention que d’offrir un spectacle de grand n’importe quoi, une péloche barrée aux inspirations diverses et très bis qui part dans tous les sens. Et c’est ce qu’elle est… pour notre plus grand bonheur !

Je n’essaierai donc même pas de vous résumer le scénario, non pas que cela soit impossible mais plutôt inutile tant l’intérêt du film ne réside pas dedans. Disons plutôt qu’il  y a une gallerie de persos grand-guignolesques (faut dire qu’une unijambiste avec une mitrailleuse à la place d’une jambe en bois, c’est du jamais vu), des zombies poisseux et pustuleux, du gore outrancier (mais VRAIMENT outrancier !), des punch-lines qui font mal, de l’action à go-go, des détails bis bien hardcores (le service trois pièces de Tarantino – bien fait pour sa gueule – qui se liquéfie, un gamin qui se tire une balle dans la tête avec plan gore en prime et autres joyeusetés),… Vous commencez à piger le tableau ?

Planete Terreur, c’est tout ça et peut-être même plus encore : je ne peux pas vraiment juger de l’aspect purement « visuel » tant la vidéo avait une qualité cradingue. Et en même temps, c’est la première fois que je vois un divx où sa piètre qualité colle avec les visées du film, celui-ci ayant été retravaillé pour que de nombreuses imperfections apparaissent sur la pellicule. Le réalisateur est même allé jusqu’à retirer une bobine de son film, remplacée par un laconique « Bobine manquante », pour se rapprocher encore davantage des films Grindhouse auxquels cette expérience rend hommage. Et là où dans un film classique cela poserait problème, ici on ne perd pas le fil un instant (quel fil ?).

Alors c’est sûr que le réalisateur Robert Rodriguez ne bénéficie pas de la même aura que Tarantino, considéré par beaucoup comme un petit génie alors que le mexicain se contente d’être appréhendé au mieux comme un « tâcheron ingénieux », mais au moins je ne me suis jamais fait chier devant un de ces films. Et ça, « Quouentine » ne peut pas en dire de même !  Planete Terreur réussit donc brilliamment là où Boulevard de la Mort s’était crashé en beauté, à savoir qu’il nous offre un spectacle de pur fun où rien n’a de sens mais où on n’en a rien à battre. Mais alors vraiment rien à battre ! 

Et en plus, petit bonus mais non des moindres, les fameuses fausses bande-annonces qui devaient être diffusées entre les deux films sont ici présentes et sont vraiment toutes très rigolotes. Si elles avaient été projettées avec l’opus de Tarantino, je suis sûr que le film serait mieux passé. 

Homme de beaucoup de chance

13 juin, 2007

On peut dire que je suis quelqu’un de chanceux.

« Pourquoi ça ? » me demandent les soupçonneux.

En vérité, je vais vous le dire

C’est parce que, moi, j’ai vu le pire.

 

J’ai vu Paris sous la pluie,

J’ai vu le Sud sous le soleil,

J’ai vu le printemps sans hirondelles

Et j’ai même vu un indien sans tipee.

 

Mais ce qui rendrait toute personne heureuse,

Et que j’ai pu voir de mes yeux,

C’est ce doux pays qu’est la Creuse.

Voilà pourquoi, moi, je suis chanceux.

 

De la B.A. en veux-tu, en voilà

10 juin, 2007

Je vous avais montré l’affiche de 30 Days of Night il y a peu et voici que débarque le premier trailer de cette production Sam Raimi. Ce qu’il y a de bien, c’est que ça a l’air mieux que Boogeyman. Vérifiez par vous-même :

Image de prévisualisation YouTube

Autre projet qui s’annonce fort sympatoche : le I am Legend avec Will Smith, tiré de la nouvelle de Richard Matheson et déjà adapté dans les 70′s avec Charlton Heston (Le Survivant en v.f.). Francis Lawrence, le réalisateur, n’avait pas convaincu tout le monde avec son Constantine mais moi j’avais bien aimé, donc j’attend ce nouveau film de pied ferme.

Image de prévisualisation YouTube

Et dans le style « seul(e) contre tous », voici venir The Invasion, avec Nicole Kidman et Daniel Craig. Variation sur le thème de L’Invasion des profanateurs de sépultures, il faut voir ce que ce film proposera pour se sortir du lot de ce genre de péloches. En attendant, here comes the trailer :

Image de prévisualisation YouTube

Boulevard de la Mort

8 juin, 2007

boulevarddelamort.jpg

Pourquoi ? Pourquoi, Seigneur, est-ce que je me fais avoir (presque) à chaque fois par Tarantino ? Peut-être est-ce à cause des promesses que font ses films, vendus comme des moments de fun cinématographique absolu (matez un peu l’affiche !) ? Peut-être est-ce à cause de ses talents de réalisateur, parce qu’il en a, l’animal ? Ou bien peut-être est-ce la faute à sa tronche de cartoon sous acide ? Toujours est-il que, exception faîte de Kill Bill vol.1, je pense à chaque fois voir un bon film et je me retrouve à me faire chier devant une péloche bavarde et… bah non, en fait, son seul vrai GROS et ENORME problème sont les dialogues, sa marque de fabrique. Et moi, les persos qui parlent pendant une heure et demie pour ne rien dire et laisser l’histoire stagner, je n’appelle pas ça un moment de fun cinématographique absolu. Boulevard de la Mort correspondant parfaitement à cette description.

« Deux groupes de filles vont faire la rencontre, malheureuse, de Stuntman Mike, un ancien cascadeur qui, au volant de sa voiture à l’épreuve de la Mort (Death Proof, le titre en v.o.), aime à écraser les jeunes femmes comme d’autres les hérissons« .

Ça papote donc sévère dans ce film, autour de sujets dont l’intérêt vous fait frôler l’apopléxie cérébrale (sérieux, à un moment, je commençais à saigner des oreilles), et on se demande alors où sont passées les promesses d’un slasher avec, en lieu et place d’un couteau, d’une hache, ou d’une perçeuse, une voiture super flippante conduite par un véritable bad-ass motherfucker. Le bad-ass motherfucker (Kurt Russel, Snake Plissken forever) est bien là, c’est vrai, mais le slasher… je sais pas, peut-être j’ai dormi sans m’en rendre compte. Parce que mis à part une scène de meurtre exploitant son sujet et quelques éléments ici où là, le reste du film est tellement noyé sous ses dialogues que l’on a l’impression de regarder une version un peu trash de Sex and the City (sans mentir, les héroïnes passent plus de la moitié du film autour de tables diverses, à boire et à parler). Quand, en plus, les dialogues sont débités par des personnages inintéressants au possible (mention spéciale à Zoe Bell, cascadeuse de son état jouant son propre rôle et trouvant le moyen de mal le jouer) (mais alors vraiment, VRAIMENT mal), on a vite fait de décrocher et d’attendre simplement que ça veuille bien finir.

Par contre, côté technique, il n’y a rien à redire. Tarantino sait vraiment faire de la belle image et, si ça n’aide pas à rendre les dialogues plus digestes, ça porte par contre les autres scènes à un vrai niveau de plaisir sur pellicule. La mise à mort du premier groupe de pétasses (ne voyez pas là l’expression d’un sexisme quelconque : ce sont vraiment des pétasses) est ainsi un pur bijou de montage, à la fois totalement chaotique et parfaitement ordonné. Autre excellent point : la course poursuite finale bien tendue, avec de belles cascades et de la bonne tôle froissée, et cela malgré ses héroïnes peu crédiblement hystériques et revanchardes. 

N’étant pas famillier des films GrindHouse, peut-être alors suis-je passé à côté de ce que le film voulait faire, ou reproduire. Peut-être même est-ce à dessein qu’il soit coupé en deux parties distinctes, donnant l’impression de regarder deux moyen-métrages n’ayant en commun que le perso du méchant (ce qui devrait logiquement faire de lui le héros, mais comme on le voit moins que le derrière des actrices…). Ou bien encore, peut-être est-ce fait exprès qu’il soit nul et que c’est pour ça qu’il est bien, en réalité (?). Dans tous les cas, je me suis encore fait avoir par le sieur Tarantino avec ce film qui est une véritable arnaque. Espérons que le Planète Terreur de Rodriguez saura relever la barre (ce qui ne sera pas très dur).

boulevard3.jpg  boulevard1.jpg  boulevard2.jpg 

De la télé au ciné

6 juin, 2007

Il y a en ce moment plein d’annonces  de projets d’adaptation de dessins animés pour le grand écran. Alors, moi, je dis « pourquoi pas ? », on attend bien l’adaptation de Dragon Ball Z depuis des années (faisable ou pas ?) ! Surtout que l’un de ces projets est chapeauté par les frères Wachowski (Matrix) en personne, ce qui rend la chose tout de suite encore plus intéressante. Sauf que…

speedraceranime.jpg

Sauf que leur projet est d’adapter Speed Racer, une espèce de Michel Vaillant à la japonaise que je n’ai même jamais vu. En plus, une histoire de course automobile, ça ne fait presque jamais un bon film… On va leur laisser le bénéfice du doute, parce que ce sont des réalisateurs quand même assez talentueux, mais le look des personnages fait vraiment pitié et ça fait peur quand on lit l’histoire. Grosso merdo, c’est la même que celle du film Michel Vaillant (bah tiens ! comme quoi ça s’annonce pas terrible) avec une écurie de gentils, une écurie de méchants et des voitures qui roulent vite. Originalité, quand tu nous tiens ! Espérons que le look du film sera donc à la hauteur, avec un tournage entièrement sur fond vert à la Sin City et des voitures à 100% du temps en images de synthèse. Le casting est fait (Matthew Fox de Lost devrait faire le méchant, si j’ai bien compris), manque plus que de voir les premières images. En attendant, voici celle de la voiture du gentil :

mach5teaser.jpg

Dans la série des adaptations « à voir le jour prochainement si elles se font », Warner Bros. annonce celles des Cosmocats (produit par Joel Silver, comme Speed Racer) et une nouvelle version de Musclor (qui ne s’appellera sûrement pas comme ça chez nous mais Les Maîtres de l’Univers, beaucoup plus classe) (le titre original est pas mieux : He-Man, qu’on pourrait traduire par « Lui l’Homme »…)… Même si ces séries profitent d’un fort capital sympathie grâce à la nostalgie, avouons que le look des héros va devoir être sérieusement retravaillé tant ils sont kitchs aujourd’hui. 

Quand je pense à ce qu’auraient pu faire les Wachowski avec Dragon Ball…  

12345