Steak

steak.jpg

Alors là, je suis bien embêté : je ne sais pas vraiment quoi dire de ce film. On ne peut pas dire que je n’ai pas aimé, non, mais on ne peut pas dire non plus que j’ai été franchement emballé. Le film est vendu comme une comédie (voire l’affiche avec fond blanc, classique, et la façon « discrète » dont est surligné le mot « comédie »), qui plus est avec Eric et Ramzy, et je m’attendais donc à une bouse façon Double Zéro ou Les Daltons. Tout ce que ce film n’est pas, en somme.

Là, je sens que les personnes ayant aimé La Tour Montparnasse Infernale (oui, j’en fais parti) (je l’ai même vu deux fois au ciné, c’est dire) bouillonnent d’excitation en se posant une question cruciale : « alors, ça veut dire que ces mecs ont réussi à refaire un film drôle » ? Bah non, désolé de vous gâcher le plaisir mais Steak ne vous fera pas hurler de rire. A moins que vous ayez des troubles psychotiques ou que vous adoriez les enterrements pour leur ambiance festive. Parce que ce film n’est pas vraiment une comédie. Enfin pas seulement, pour être plus exact.

On y trouve donc aussi un aspect dramatique assez poussé (en tout cas c’est du jamais vu pour Eric et Ramzy), du commentaire social en forme de parabole (non, pas comme Canalsat mais plutôt comme la Bible… façon d’parler), de l’humour froid comme un glaçon dans le maillot de bain en été et aux antipodes de la comédie française classique, de la science-fiction rétrograde,… En fait, il s’agit réellement d’un film d’auteur, presque un film d’art et essai tant Steak apparaît comme un ovni dans la vaste étendue cinématographique. Ceci étant, bien entendu, dû à son réalisateur, le véritable instigateur du projet et non Eric et Ramzy comme voudrait nous le faire croire la campagne de promotion.

Quentin Dupieux, c’est lui l’homme aux commandes, n’est ainsi pas qu’un réalisateur, il a déjà connu une gloire musicale il y a quelques années sous le pseudo de Mr Oizo. Vous vous rappelez ? Mais si, l’espace de marionnette poilue et jaune toute fripée qui battait la mesure sur un beat entêtant. Flat Beat ? La pub Levi’s ? Bon, laissez tomber. Ce qu’il faut en comprendre, c’est que Quentin Dupieux est un artiste touche à tout, un type qui ne peut se satisfaire d’un seul moyen d’expression (j’suis sûr qu’il touche aussi un peu à l’origami) et cela se ressent nettement dans son dernier film avec des ruptures de ton qui vous laissent comme une poule devant un cure-dent. On y voit par exemple, au début, Ramzy se faire martyriser par des brutes de son école, le pousser à bout, à un point tel qu’il finit par les descendre avec une mitrailleuse (et ce n’est absolument pas présenté de façon comique) puis, dans la scène suivante, Eric le croise et commence à jouer avec l’arme comme un gamin. Et tout le film est comme ça, ce qui est assez original mais en même temps très perturbant. Pas nul, mais autre.

Par contre, il y a bien une chose qui m’a réellement déçu : Jonathan Lambert qui est sous-exploité. Tout ceux qui, comme moi, l’ont vu dans la grosse émission sur Comédie! savent à quel point cet acteur peut être drôle, une montagne de méchanceté cachée derrière un visage d’enfant. D’ailleurs, c’est pour lui que je suis allé voir le film, parce qu’il se fait trop rare sur nos écrans (petits et grands), c’est dire si j’avais les boules pour ça (faut vraiment qu’il fasse un film en haut de l’affiche).

Donc, et pour résumer selon la méthode métalo-stoïcienne, je dirai que si vous avez envie de vous marrer comme des baleines vous perdrez votre argent en allant voir ce film. Si, par contre, vous n’avez rien contre les films comme vous n’en avez jamais vu, décalés et bizarres, eh bien cela pourrait s’avérer une expérience assez intéressante. A vous de voir ce que vous voulez voir. 

18771577w434h289q80.jpg  18771576w434h289q80.jpg  18771578w434h289q80.jpg

6 Réponses à “Steak”

  1. mabataille dit :

    Ca donne envie de le voir ce coté original justement.

    Pour la tour monparnasse, moi aussi je le kiffais bien, mais bon maintenant je sais pas, on est peut-être trop vieux pour ces conneries, ils en sortiraient un de la même trempe qu’on passerait peut-être même à côté! c’est l’effet que ça me fait en tout cas.
    Sinon pour des gars qui ont commencé en faisant des jeux de mots tout pourri faut avouer qu’ils s’en tirent bien. Personnellement ça me remplit d’espoir.

  2. pitouwh dit :

    Non, il n’y au cun espoir pour toi, tes blagues sont trop mauvaises (sauf celle sur Keanu Reeves, je dois te reconnaître ça).
    Sinon, je ne pense pas que l’âge ait un quelconque rapport avec une appréciation positive d’Eric et Ramzy. Je crois plutôt que ça tient à la drogue… l’âge, oui, c’est ça !

  3. nanouk dit :

    j’ai franchement apprécié les filmsprécédentsde éric et ramzy que se soit la tour montparnasse,double zéro et les daltons ou même la série H .mais j’ai été assez déçu…je vais m’arreté dans ma critique que se qui ne l’on pas encore vu puisse jugé par eux même mais ce n’est certainement plus le même humour d’auparavant celui qui nous faisait rire à plein poumons.
    :’(

  4. pitouwh dit :

    Tu as bien raison quand tu dis que l’on ne retrouve pas le même humour dans ce film (beaucoup est le fait du réalisateur) ou qu’il faut que les gens se fassent leur envie… mais les Daltons… t’es vraiment sûre d’avoir aimé ? Ou alors on t’a forcé, c’est ça ?

  5. tiniere karine dit :

    Benjamin
    Il est temps que je te le RE dise tu es vraiment doue pour la critique de cinema je t en pris essaye cette voix!
    envoi une demande dans les revues de cinema donne l adresse de ton blog imprime une ou deux criques je pense que ça peut marcher!
    ta plume est excellente!
    ESSAYE

Laisser un commentaire