Le furet et le café

Court, court le furet dans la neige

Tâchetée de blanc, tâchetée de beige

Car le gros Léon y a versé

Un peu de son précieux café.

« Mais c’est pas grave », dit le corbeau

« Faisons-fi de ces tâches »

« Ressemblant à des pistaches »

« Et célèbrons ensemble le printemps nouveau ! »

Le furet, pourtant, n’est pas à la fête

Il a, en effet, autre chose en tête.

Car, sous ses pattes fatiguées

Le café est en train de le brûler.

Laisser un commentaire