Critique ciné : Overlord

4 décembre, 2018

overlord_julius avery_jj abrams_affiche_poster

Doté d’un pitch bien Z pourtant prometteur de gros moments de fun, sorte d’adaptation des jeux vidéo Wolfenstein, Overlord a tout ce qu’il faut pour titiller la curiosité de fantasticophiles ayant du mal à étancher leur soif ces derniers temps en salles obscures. Pensez, des GI catapultés derrière les lignes ennemies démastiquent des nazis zombies, comment refuser une telle proposition ? Surtout que la péloche semble avoir de la gueule et ne pas sacrifier son côté film de guerre épique, la présence de JJ Abrams à la production assurant un certain standing au nouvel effort de Julius Avery (Son of a Gun). C’est néanmoins là que Overlord perd des cartouches car s’il est vendu comme un gros ride horrifique et burné, il va au contraire prendre son temps pour raconter son histoire et plus encore pour déballer son aguichant bestiaire (lequel s’avère très succinct au final), que nous ne découvrirons donc que dans la dernière bobine. Clairement plus intéressés par l’aspect historique que celui horrifique, les responsables passent à côté de tout ce qui aurait pu être fendard – on le redit, l’oeuvre est plutôt chiche en gloumouttes et action – et en oublient même certains éléments (sérieux, la tante cachée derrière sa porte ne sert pas plus que ça ?). Tout ça en construisant sur du sable puisque leurs personnages souffrent d’un manque flagrant d’épaisseur et originalité, même le héros dont le postulat plutôt sympa (il refuse de tuer) est réduit à néant par une évolution traitée par-dessus la jambe. Heureusement porté par un rythme ne faiblissant pas, Overlord se suit alors sans trop de déplaisir mais il nous laisse le cruel sentiment d’un rendez-vous manqué. Et pendant ce temps, nous avons toujours faim de barbaque barbare…

Critique ciné : Yéti & compagnie

25 novembre, 2018

yeti et compagnie_smallfoot_zendaya_karey kirkpatrick_affiche_poster

Si nous sommes toujours partants (ou presque) pour un Pixar ou un Dreamworks, dans la masse des films d’animation familiaux sortant tous les ans il arrive qu’on passe à côté de bonnes petites surprises. Produit par la Warner Bros, un studio qui n’a pas toujours été très heureux dans le domaine, Yéti & compagnie aurait pu être de ceux-là et cela aurait été fort dommage car s’il ne réinvente pas la roue, ni fait montre de prouesses techniques particulières, il contient pourtant assez de bonnes choses pour faire passer un bon moment aux petits et grands. Rythmé, plutôt drôle, il brillera surtout par l’intelligence de son intrigue (le réalisateur Karey Kirkpatrick est plus connu pour son début de carrière en tant que scénariste) fonctionnant souvent sur un principe d’inversion qu’on a plus l’habitude de croiser chez les Pixar, servant ici un message ô combien d’actualité et crucial. La peur de l’autre, l’obscurantisme, la violence de l’être humain et son impact sur l’environnement, les risques de la pensée unique… autant de thèmes que la péloche sait aborder habilement, de manière à se faire comprendre des parents et ressentir par les enfants sans être lourdingue. Nous n’en attendions pas tant et grâce à cela, Yéti & compagnie peut se targuer d’être un chouette petit film d’animation et une réjouissante surprise en cette fin d’année.

Critique ciné : Les Animaux fantastiques – Les Crimes de Grindelwald

20 novembre, 2018

animaux fantastiques crimes de grindelwald_eddie redmayne_johnny depp_david yates_harry potter_affiche_poster

Le travail d’adaptation n’est pas chose aisée, on risque toujours de perdre des choses essentielles, d’aller trop vite sur d’autres, d’être submergé par la richesse du matériau d’origine… Autant de problèmes qu’on ne s’attend pas à rencontrer dans Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, le deuxième opus d’une série pensée dès le départ pour le ciné contrairement à la saga-mère, Harry Potter. Peut-être est-ce alors dû à l’omniprésence de JK Rowling sur le projet et particulièrement le scénario mais ce nouveau chapitre souffre étonnamment de toutes les faiblesses qu’on retrouverait dans une adaptation boiteuse, ne sachant pas faire la part des choses entre le littéraire et le cinématographique : personnages sacrifiés et donc inconsistants, intrigue confuse, incohérences en pagaille, trous dans la narration, scènes gâchées… tout ça cristallisé dans un montage aux fraises, comme paumé dans un trop-plein de matière à gérer. C’est simple, quasi aucun autre épisode de la franchise Potter ne s’est montré aussi pénible à suivre, d’autant plus qu’il s’agit d’un volet de transition à la construction bâtarde (le climax fait aussi forcé qu’il est vite expédié). Et c’est bien dommage car le métrage comporte également certaines des meilleures choses vues dans le monde de la magie – ou entendues avec le score enflammé de James Newton Howard – de par la vision toujours aussi dark de David Yates qui n’empêche pas un vrai sens du merveilleux. La découverte du sous-sol de chez Dragonneau ou celle du Paris magique sont par exemple de purs moments de cinéma potteresque qui rappelleront la magie des débuts, et l’ensemble jouit d’une production value absolument phénoménale. Cela ne suffira toutefois pas à rattraper l’aspect bancal de ces Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald dont la principale qualité est de nous faire espérer un avenir meilleur, fait de trois films mieux pensés et pensés comme tels.

Critique ciné : Millénium – Ce qui ne me tue pas

20 novembre, 2018

millenium ce qui ne me tue pas_claire foy_fede alvarez_affiche_poster

Ayant compris qu’en dépit de ses qualités, le remake du premier Millénium par David Fincher était quelque peu redondant avec le film original (d’autant que lui et ses suites ont été plus que largement distribués dans le monde), les pontes de Sony Pictures ont décidé de passer directement aux quatrième volume, Millénium : Ce qui ne me tue pas. Un tome qui marquait une rupture de par l’arrivée d’un nouvel auteur – David Lagercrantz en remplacement du défunt Stieg Larsson – et qui se traduit ici par une remise à zéro des compteurs : nouvelle Lisbeth Salander (incarnée par Claire Foy, un peu trop «humaine» en dépit d’une première apparition quasi-biblique), nouveau réalisateur (le très efficace Fede Don’t Breathe Alvarez) mais surtout nouvelle direction pour la franchise, qui se met à lorgner terriblement du côté des Mission : Impossible chapeautés par Tom Cruise. Tout y est en effet, des scènes d’action avec cascades qui claquent à la menace en forme de MacGuffin en passant par la team d’experts disparates autour du protagoniste principal (Lisbeth, évidemment), au point que Millénium : Ce qui ne me tue pas ne pourra entretenir au final que très peu de liens avec la trilogie de base. Les fans de la première heure en seront certainement décontenancés et déçus tandis que les autres découvriront un thriller un peu bâtard (la mise au second plan de la partie enquête appauvrit considérablement l’intrigue) mais d’une noirceur vénéneuse plutôt classe.

Critique ciné : Bohemian Rhapsody

14 novembre, 2018

bohemian rhapsody_rami malek_bryan singer_dexter fletcher_queen_affiche_poster

Devenu un genre à part entière, le biopic de chanteur a encore nombre d’artistes à aborder et Bohemian Rhapsody s’attaque aux plus cultes d’entre eux, les légendaires Queen menés par le charismatique Freddie Mercury. Un génie comme on en croise rarement, dont le film dresse un portrait à la fois discret et sans langue de bois, tout en fêlures dissimulées sous le fard de l’extravagance. La performance admirable de Rami Malek (Mr Robot) n’y est bien sûr pas étrangère mais il ne faut pas minimiser l’importance des autres membres du groupe, servis par un casting inspiré et une écriture sonnant juste. Des éléments sans lesquels le film ne pourrait déployer la même émotion, tout ici tournant autour de la question de la famille, de l’unité. Porté encore par les tubes légendaires du groupe et la réalisation ludique de Bryan Singer et Dexter Fletcher (le premier s’est fait viré par la prod’ en cours de tournage), Bohemian Rhapsody n’a alors aucun mal à s’inscrire comme un biopic exemplaire, certes aucunement révolutionnaire mais dont la flamboyance saura vous transporter sans peine. Sa musique seule y suffirait.

Critique ciné : Halloween

28 octobre, 2018

halloween_2018_jamie lee curtis_david gordon green_affiche_poster

Faisant table rase de quatre décennies de suites diverses et autres reboot, ce nouvel Halloween se propose comme une suite directe au chef d’oeuvre de John Carpenter. Une idée pas plus conne qu’une autre lorsqu’on la compare à tout ce qui a pu être fait dans la saga. Et même plutôt porteuse, puisqu’elle inspire aux inattendus David Gordon Green et Danny McBride un récit qui revient à la source, à la confrontation Michael Myers / Laurie Strode et à la nature du Mal tout en auscultant comment celui-ci peut pervertir une victime (le film reprend telles quelles des scènes du film de 78 en y remplaçant Michael par Laurie) et comment cette dernière peut le transmettre à son tour. Malheureusement, cette suite arrive vingt-cinq années trop tard comme en témoigne une direction artistique qui ne choquerait pas dans le fin 80′s / début 90′s. En voulant en fait respecter le trou de quarante ans qui sépare les deux films, les responsables sont obligés d’adjoindre une petite fille à la relation mère-fille qu’ils voulaient étudier et cela déséquilibre bien évidemment l’ensemble, ce personnage prenant le pas sur les autres – on reste dans un slasher, donc faut trucider du teenager – et n’étant absolument pas concerné par les même thématiques. Halloween cuvée 2018 ne raconte dès lors rien de franchement intéressant sur une bonne partie de sa durée et en devient un slasher plutôt bien foutu (on sent un vrai respect du genre) mais très loin de pouvoir se targuer d’être le digne successeur du métrage séminal de Carpenter. On pourra dire ce que l’on veut de la version de Rob Zombie, qui perdait des spectateurs à force d’expérimentations, mais elle au moins allait au bout de ses idées.

Critique ciné : The Predator

23 octobre, 2018

the predator_thomas jane_olivia munn_shane black

Introduite avec deux films devenus cultes, la langouste rasta n’a ensuite pas franchement été gâtée, au gré d’oeuvres sincères mais boiteuses. Nous comptions ainsi beaucoup sur The Predator pour redorer son blason, d’autant que l’excellent et inattendu Shane Black avait été promu aux commandes. Scénariste génial ici épaulé par son comparse Fred Dekker, il fait alors peut-être fausse route en voulant creuser la mythologie de la créature (une piste qui n’a jamais rien apporté de bon) mais compense cela par quantité de bonnes idées, une volonté d’offrir un spectacle véritablement adulte et surtout – sa spécialité – une galerie de personnages aussi forts en gueule qu’attachants. Voilà qui fait beaucoup de bonnes choses, non ? Le drame c’est que nous n’aurons pas franchement le temps d’en profiter, le film ayant clairement été raboté pour ne pas dépasser la durée générique d’1h45 alors que vingt minutes supplémentaires auraient été plus que bienvenues. Une volonté mercantile (ça permet de faire une séance de plus par jour dans les cinémas, pas con) qui suce la moelle de toute la péloche : les personnages ont du mal à dépasser le statut de clichés, l’intrigue devient confuse et bourrée de blancs, les scènes d’action sont montées à la serpe et ne posent aucune ambiance (sans compter que la photo dégueulasse les rends encore plus illisibles)… The Predator est un beau gâchis que ne pourrait rattraper qu’un hypothétique director’s cut en blu-ray. On croise les doigts.

Critique ciné : Johnny English contre-attaque

23 octobre, 2018

johnny english contre attaque_rowan atkinson_olga kurylenko

Personne ne l’attendait (ce qui est un peu sa spécialité direz-vous) mais le plus gaffeur des agents secrets britanniques est de retour pour Johnny English contre-attaque. Un troisième opus en forme donc de comeback où le cousin idiot de James Bond affronte les dangers du monde moderne avec une approche résolument old-school, de laquelle découle en toute logique le ressort de très nombreux gags. Plus encore, là où les films précédents jouaient la carte de la modernité et du high-tech, celui-ci parodie l’âge classique du film d’espionnage, les premiers 007, ce qui ne manque pas de donner une petite touche surannée à la péloche. Et de faire des économies au passage (on y va mollo sur l’exotisme et l’action), le film ne donnant pas l’impression d’avoir bénéficié de beaucoup d’investissement si ce n’est celui de Rowan Atkinson, dans un registre qu’il maîtrise ô combien. S’il est alors quasiment impossible de louper une parodie de film d’espionnage (vérifiez par vous-même), on ne peut pourtant pas dire que Johnny English contre-attaque brille particulièrement, ampoulé un brin par sa ronronnante mécanique. Mission à moitié remplie, monsieur English.

12345...136